Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Articles avec #ecriture tag

sur la Révolution d'Octobre vue depuis aujourd'hui

19 Février 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #écriture, #cahiers de l'égaré, #EAT (Écrivains Associés du Théâtre), #agora

Le Triomphe de l'artiste (la révolution d'octobre et les artistes, Russie, 1917-1941, le dernier livre de Tzvetan Todorov

Le Triomphe de l'artiste (la révolution d'octobre et les artistes, Russie, 1917-1941, le dernier livre de Tzvetan Todorov

L'appel à écritures sur octobre 17 vu depuis aujourd'hui, lancé le 3 février avec date-limite le 28 février a reçu 7 projets. Après une semaine de lecture et de réflexion, j'ai retenu, le 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le projet de Gilles Cailleau: OCTOBRE.

Une page est ouverte sur ce blog pour accueillir les écritures de l'auteur, comédien, metteur en scène, directeur de la compagnie Attention Fragile.

Appel à écritures :

Je  vous présente « mon »  nouveau projet provoqué par une phrase de Georges Perpès de la Bibliothèque Armand Gatti à La Seyne-sur-mer dans un mail très récent:
Pour le moment, je n'ai pas encore vu passer de projet ou de pièce sur  octobre 1917;
je le jure, je n’ai pas vu 1917;
le questionnant sur pourquoi octobre, il me répond en majuscule OCTOBRE 1917;
je le jure, je vois 2017, pas 1917 (Freud à l’interprétation, STP) puis je réalise
et réaction immédiate de proposition d’écriture à des écrivains de théâtre
faire écrire un texte sur La Révolution d’Octobre 17 (qui eut lieu en novembre 1917),  vue depuis aujourd'hui
(une histoire de calendriers comme pour Cervantes et Shakespeare)
il me semble que ça ne bouge pas beaucoup autour de cet événement pas français

je souhaite une pièce d’un auteur, EAT éventuellement  (EAT = Écrivains associés du Théâtre), pas EAT aussi bien

avec les petits moyens des Cahiers de l‘Égaré, je mettrai une certaine somme pour l’écriture plus l’édition
l’objectif est aussi de favoriser la création du texte dans un ou plusieurs lieux (donc bien évaluer le nombre de personnages, trop, c’est foutu, monologue à exclure)
la Bibliothèque Armand Gatti à La Seyne participera en amont à la mise en valeur du travail
1 ou 2 lectures en cours d’écriture pour retours (est-ce du write in progress ?) par un petit nombre de lecteurs professionnels
pas de résidence prévue dans un endroit paradisiaque (la grotte d’Ouvéa)
mais l’auteur choisi sera libre de solliciter aides à l’écriture, résidence d'écriture
peut-être qu’un mécène comme Ladret de Lacharrière sera intéressé en production ou co-production pour une somme de 100000 € au moins (l’aumône attribuée à Pénélope pour sa "participation" à la Revue des Deux Mondes)
ou Kléber Rossillon, gestionnaire d’une vingtaine de sites patrimoniaux et qui con-gestionne La Caverne du Pont d’Arc, 320000 visiteurs en 4 mois en 2015
un des héritiers de la famille Schlumberger qui a perdu plusieurs millions d'euros dans l'affaire Madoff
l’auteur pourra aussi après l’édition demander des aides à la création

condition: me soumettre un projet, précis, pour le 28 février 2017, en word, open office ou PDF, avec nom, adresse, mail, téléphones
j’évalue les projets début mars, choisis l’impétrant
et nous nous mettrons d’accord alors sur les conditions financières et éditoriales ainsi que sur la date de livraison du texte pour avoir le temps de l'édition avant la date anniversaire du centenaire
mais si nécessaire, on débordera
j’aurai aussi une discussion avec l’auteur, non sur mes attentes
mais sur ce qu’il ne faut pas rater quand on veut traiter d’un événement aussi lourd de conséquences;
c’est un défi et c’est casse-gueule

je conseille la lecture du dernier livre de Tzvetan Todorov (décédé le 7 février 2017), livre sorti le 14 février 2017:

Le Triomphe de l'Artiste (La révolution et les artistes, Russie: 1917-1941) chez Flammarion

c’est comme avec la Révolution française et Robespierre, peut-être même en plus complexe

je compte demander à l’ami Marcel Conche, une préface
 
Jean-Claude Grosse
EAT
Les Cahiers de l’Égaré

Lire la suite

Cervantes-Shakespeare/écritures 2014-2015

23 Avril 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #EAT (Écrivains Associés du Théâtre), #écriture, #théâtre

26 H, 19 F, de Méditerranée, Atlantique, Aquitaine, Ile de France, Normandie, Bourgogne, Corse dont 25 nouveaux se sont inscrits en 15 jours pour le projet, début janvier 2014.

Quelques auteurs hispanisants et anglo-saxons sont sollicités pour en être.

Projet faisant suite aux projets pluriels Envies de Méditerranée (2010), Marilyn après tout (2012), Diderot pour tout savoir (2013-2014).

Cervantes-Shakespeare : hasardantes coïncidences


Je ne suis pas intervenu donc hasard ou pas ? les statistiques pourraient-elles prédire cela ?
le projet Cervantes-Shakespeare est maintenant sur les chemins vagabonds

je souhaite aux auteurs de grimper haut avec l'échelle de leurs rêves JCG

Cervantes-Shakespeare

une « pétrifiante » coïncidence

morts tous les deux le 23 avril 1616

un projet ludique mais pas seulement

pour le 399° anniversaire de cette coïncidence

(pas le 400°; nombres et lettres, « jeux » créatifs, répétitifs de l'inconscient, du ÇA)

le 23 avril 2015

à laquelle il faut ajouter l'autre « pétrifiante » coïncidence

Shakespeare naît et meurt un 23 avril (1564-1616)

La coïncidence de la date de leur mort est partiellement fabriquée (on se reportera aux notes 1 et 2 des articles de Wikipedia sur ces deux auteurs).

http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Shakespeare

http://www.inlibroveritas.net/auteur360-oeuvres.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Miguel_de_Cervantes

http://www.inlibroveritas.net/auteur4390.html

On passera outre la fausseté de la stupéfiante coïncidence pour s'inscrire dans la légende qui fait que chaque 23 avril est la journée mondiale du livre (en Espagne les femmes offrent un livre aux hommes qui ne lisent pas, les hommes des roses rouges aux femmes qui ne les aiment pas) et que le Falstaffday se fête dans les pubs anglais, œuvres en mains, chaque 23 avril depuis 1717 (comme il y a un Bloomday qui se fête dans les pubs de Dublin, œuvre en mains, chaque 16 juin depuis 1954, 50 ans après la journée du roman).

Par contre la coïncidence entre date de naissance et date de mort de Shakespeare n'est pas fabriquée.

Ces « pétrifiantes » coïncidences comme les appelaient les réalistes sûrs (genre : l'improbable rencontre sur une table de dissection d'un parapluie féminin et d'une machine à coudre masculine ?!?) posent la question du hasard que beaucoup récusent pour dire c'est le destin, c'était écrit.

Un premier enjeu se joue entre une métaphysique théologisée (Dieu créateur et ses créatures, métaphysique pour paresseux préférant obéir et peu penser puisque une seule cause initiale suffit à expliquer l'infinité des conséquences aussi variables et contradictoires soient-elles) et une métaphysique du hasard (faire du hasard le moteur, le créateur aveugle de tout ce qui apparaît, disparaît, se transforme, est une entreprise difficile à penser surtout quand pensant l'homme, on le pense comme liberté et volonté ou comme multiples déterminations et déterminismes). Lire l'article en lien : La métaphysique du hasard de Marcel Conche. http://leportique.revues.org/180

Si on choisit une métaphysique du hasard, des calculs se mettent en place pour le prévoir, des jeux s'inventent pour le déjouer, le mettre de son côté. Y a-t-il de l'impossible ? Tout est-il possible ? Quelles probabilités pour tel possible ? Y a-t-il de l'improbable ? C'est quoi la chance ? La malchance ? Le kairos ? Un mauvais concours de circonstances ? Place aux nombres et aux calculs, de plus en plus puissants avec les calculateurs Ada et Turing, ou avec Gaia. Les chercheurs auront bientôt la capacité de calculs exaflopiques. Ils pourront alors définir les caractéristiques de ce qui leur résiste aujourd'hui, matière et énergie noires, avant de les déceler. Les écrivains feront place à des situations, des lieux réels, imaginaires, des personnages de leur choix ou qui leur échoient dans leurs rêves, en introduisant le plus d'aléatoire possible (on lira L'aléatoire de Marcel Conche). Et pour vivre sa vie, on valsera-hésitera entre croire la maîtriser, la livrer au hasard (coup de dés, pile ou face, roulette russe avec arme à blanc ou chargée mais jamais, un coup de dés…), inventer chaque jour ses « impossibilités de vivre » en alternant souffrance et résilience, tirer trigrammes et hexagrammes du Yi Jing avec 3 pièces et tous autres bricolages, poser des questions à Siri, un 31/12 (quel est le sens de la vie ? 3 réponses : 1- 42 ; 2- qui suis-je, où vais-je et dans quelle étagère ? 3- j'ai arrêté de me poser ce genre de questions) ou ayant dit blablabla, j'ai obtenu : avez-vous pensé à devenir orateur, Jean-Claude ?

http://www.lolagassin.com/serge3.htm

http://www.chinastral.com/chinastral/yi-king/yi-king.html

Une anecdotique question subsidiaire en découle : y a-t-il immortalité des œuvres « immortelles » qui ont eu beaucoup de chances d'arriver jusqu'à nous dans des versions multiples sans qu'on puisse décider laquelle est la vraie ou la plus vraisemblable et dont les supports sont périssables ?

Un paradoxe prend forme : ce qui a eu lieu a eu lieu pour toujours, rien ne peut l'effacer, rien ne peut effacer ce qui a été dit, pensé, ressenti, éprouvé, fait, été. Nous oublions ou commémorons, réécrivons : c'est sans importance ou incidence par rapport au fait que c'est inscrit dans le temps infini ou éternel. Mais où passe donc le passé ? Où ça se stocke tout ça si ça se stocke et qui est incommensurable ? Y a-t-il un lieu de mémoire ou est-ce dans l'Immémorial, l'Utopie ? Ça reste en l'état, ça se disperse ou ça se réduit en éléments irréductibles pour d'autres combinaisons (analogie : codes génétiques, génomes) ? Le périssable du corps, de l'esprit sans doute, se conjugue avec l'impérissable éternité de ce qui a eu lieu, de ce qui est passé. Comme avec la madeleine de Marcel Proust, exemple ne valant que pour un vivant et pour la question que se posait Bergson à propos du retour des souvenirs oubliés dans Matière et mémoire, comment ça revient si ça revient, sous quelles formes et autres questions possibles aujourd'hui grâce aux avancées scientifiques mais voulant des écritures de poètes, d'épitaphiers et des pensées de métaphysiciens du hasard ?

Le projet

23 avril 2015 : 399e anniversaire de la mort de Shakespeare et Cervantes, œuvres accomplies.

L'un, l'Anglais, a fait le tour complet du cœur selon le titre du spectacle mis en scène et joué seul par Gilles Cailleau 542 fois depuis le 2 juillet 2002, pour 28000 spectateurs sous chapiteau pour 35 spectateurs.

L'autre, l'Espagnol, a réussi l'exploit de ridiculiser et de tuer le genre dominant que constituait le roman de chevalerie dont les méfaits sur les cœurs et les esprits étaient notoires.

Flaubert a tenté quelque chose contre la bêtise (la connerie = la commerie) avec Bouvard et Pécuchet. A-t'il réussi ?

Shakespeare ou les passions humaines et les passions politiques.

Cervantes ou l’espoir, l’utopie, la résistance.

Le 2° livre du Don Quichotte fut publié en janvier 1615 soit 400 ans dans un an ; le 1° l'avait été en 1605. Don Quichotte, un redresseur de torts à travers.

Il y en a qui continuent aujourd'hui, genre Les enfants de Don Quichotte, Jeudi Noir, Génération Précaire, Le Grand Don, Germinal, La manif de droite, À la rue O-bloque et autres artivistes tentant de renouveler formes et contenus de la militance comme de l'art en lien avec notre société de précaires fabriqués par les puissants de la finance et rejetés par les réactionnaires de tous bords.

Ils ont eu des précurseurs car il y en a toujours et nous serons les précurseurs de nos suiveurs et suivants survivants. Shakespeare et sa troupe ont construit, enthousiasme et nécessité aidant, le Globe Theatre, dans la nuit du 28 décembre 1598, dit-on. Regardons comment nous gérons nos lieux et carrières. Jeux de pouvoir et de coulisses, tout cela pour une durée de 10 ans, 20 ans pour les plus chanceux.

On lira cet essai de portrait quantique de l'homme Shakespeare et de son œuvre et celui sur le SPL qui peut-être inspirera l'un d'entre les auteurs à venir :

http://les4saisons.over-blog.com/shakespeare-antibiographie/bill-bryson

http://fr.wikipedia.org/wiki/Shakespeare_Programming_Language

et ceux-ci sur Cervantes et Don Quichotte

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/cervantes_l_homme_des_masques_et_des_secrets.asp

http://fr.wikipedia.org/wiki/Don_Quichotte#Influences_de_Don_Quichotte

http://donquijotedelamancha.free.fr/fiches.html

Appel à textes : 30 auteurs français, 5 anglo-saxons, 5 hispanisants.

Pas de sélection mais l'éditeur fera en sorte que le nombre de participants ne dépasse pas 40, que la parité F/H soit à peu près respectée, qu'un renouvellement des contributeurs s'effectue.

L'éditeur sollicitera quelques auteurs de son choix. Il invite à participer Bernd Lafrenz, qui en Allemagne joue avec humour depuis le 23 avril 1983, pièce après pièce, l'oeuvre de Shakespeare. Déjà 9 pièces en solo à son actif, plus de 4000 représentations, 800000 spectateurs en live et 200000 téléspectateurs, 1,5 million de kilomètres parcourus.

Texte de 2000 mots pour les textes confrontant, mêlant (et toute autre sauce) Shakespeare et Cervantes. Ou deux textes de 1000 mots si on les traite séparément. Le souhait est de voir traiter les deux, ensemble ou séparément. Ou un texte de 1000 mots, si on ne traite qu'un des deux géants.

On tentera de privilégier dialogues et formes théâtrales. Mais les formes restent libres, à inventer ou à imiter avec intelligence. Si un rêve de rencontre prend une forme graphique, pourquoi pas ! On s'essayera à provoquer des coïncidences arbitraires, déroutantes (décidées par jeux de hasard ou tirage du Yi Jing), des rencontres stupéfiantes à probabilités quasi-nulles (à indiquer après calcul) à partir de Cervantes et de Shakespeare : vies, œuvres, thèmes, lieux, milieux, époques, personnages, rêves et songes (le royaume où tout est possible dit Borges, le travail nocturne de Fellini dans Le livre de mes rêves, un fabuleux déclencheur).

Skakespeare et Cervantes parlent de l'arbitraire des hommes (et non pas du libre arbitre). Le projet consiste en un appel à la responsabilité, impossiblement pure, des auteurs quant à leur arbitraire à chacun. L'arbitraire du pouvoir, du devoir, de l'art, de l'amour, comme version humainement vivable du hasard ? Jeux entre sens, non-sens, avec « nonsense », absurde.

Tout texte dépassant les limites sera refusé par l'éditeur.

Appel à texte sur 15 jours, début janvier 2014.

Livraison des textes, fin décembre 2014.

Édition par Les Cahiers de l'Égaré, fin mars 2015.

Tirage fonction de l'écho envisagé et des manifestations suscitées, 500 ou 1000.

Exploitation jusqu'au 400° anniversaire soit fin 2016.

Une étape de mi-parcours est prévue en Avignon à Présence Pasteur en juillet 2014. Des textes ou des planches de dessins N et B en l'état, achevés ou non, seront lus et discutés avec le public.

Semaine du 18 au 25 octobre 2015, exposition et lectures au Bateau Lavoir à Paris avec mise en valeur des 4 projets pluriels initiés par les EAT Méditerranée avec l'ensemble des EAT (Envies de Méditerranée, Marilyn après tout, Diderot pour tout savoir, Cervantes-Shakespeare : hasardantes coïncidences).

Ayant déjà l'expérience de l'investissement et du talent des participants à trois projets aboutis, je ne doute pas que ce 4° et dernier projet que je porte avec mes collègues sera de la plus grande qualité dans la diversité.

Amitiés vives dans le partage d'écritures vivantes.

Le 16 janvier 2014

Chers amis,

voilà, le projet Cervantes-Shakespeare est sur les chemins vagabonds ; vous en êtes : merci

les aventures seront fortement perturbées par les vents violents

déjà dans les rangs dérangés du groupe on s'amuse avec

chat qui expire sert vent d'est

ou Dan qui chante pour faire la manche et Sang-froid qui pense rencontrent dans un bistro de Calais, Gilden et Rosen partis à la recherche de leur cousin

ou signé Dona Manuela de la Letra, arrière-arrière.... petite-fille de Cervantès par la branche maternelle et arrière-arrière... de William Shakespeare par un côté très tangent au paternel

je vous renvoie l'appel à texte, à prendre au pied de l'Esprit qui ne manquera pas de souffler sous l'éteignoir

je voudrais préciser quelques points

- il s'agit d'être hasardant tant dans l'écriture que sur le fond: rien n'est acquis, on n'est sûr de rien, il y a peu de probabilités mais c'est possible

pour favoriser ce processus, j'ai demandé à Gérard Lépinois d'animer un atelier de procédures hasardantes une fois par mois de février à juin pour ceux qui peuvent fréquenter la Maison des auteurs de la SACD; le travail de cet atelier sur Sha-Cer sera intégré au livre; je vous communiquerai lieu et dates plus tard

- je pense à l'invention d'un ou deux personnages qui comme Padox pourrait être repris, développé, un don du groupe à l'humanité espérante-désespérée

Padox, c'est vous, c'est moi, c'est Guignol, Tintin, le Gros Dégueulasse, Bidochon et Gaston. Il a été inventé et écrit par Gérard Lépinois, créé par Alain Roussel, mis en cris et chuchotements par Jeanne Heuclin, Padox, le personnage unique d'un spectacle de théâtre noir, marionnette pour représenter les hommes, l'homme d'aujourd'hui et qui a fait le tour du monde

- je pense, parce que nos deux hommes C/S en partie s'opposent, à un affrontement idéologique entre le personnage (à inventer) du Manifeste (à écrire) des cyniques, des nipotes (en italien = népotisme), des oligarques, des ploutocrates et celui (à inventer) du Manifeste (à écrire) des Riens, moins que rien; je vous indique quelques liens sur les maîtres du monde et vous communique deux manifestes du Sous-Comité décentralisé des gardes-barrières en alternance ; je pense que la théâtralisation courte de cet affrontement serait efficace littérairement et peu probable politiquement ; évidemment Noam Chomsky est à prendre en compte

http://r-eveillez-vous.fr/wp-content/uploads/2011/03/manifeste.pdf

http://www.diogene.ch/IMG/pdf/second-manifeste-diogene.pdf

je vous souhaite de grimper haut avec l'échelle de vos rêves

amitiés vives JCG

sur les maîtres du monde, attention à ne pas prendre au pied de la lettre mais avec esprit critique

http://www.syti.net/Targets.html

http://www.syti.net/Organisations.html

http://www.syti.net/MeilleurDesMondes.html

http://youtu.be/x2Mi5r4njo4

http://youtu.be/jE6wppWhOx0

http://www.desobeir.net/

Déclaration attribuée à Thomas Jefferson Troisième président des Etats-Unis de 1801 à 1809

citation qui est peut-être un faux :

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d’abord par l'inflation (?), ensuite par la récession (?), jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis.

aparté :

La lecture du mardi midi 14 janvier au Théâtre 13 Seine fut truculente

nous ne sommes pas restés sur notre faim avec Une famille aimante mérite de faire un vrai repas, de Julie Aminthe

la discussion fut très révélatrice sur cette comédie de l'impuissance, des faux semblants, des micro-mouvements au sein d'une famille lambda (la fuir, y rester, quel combat, tout cela métaphores possibles du néo-cannibalisme et de ses tuyauteries : absorber, déjecter...)

on avait envie d'un bon manifeste digeste genre celui du Sous-Comité décentralisé des gardes-barrières en alternance

la discussion courte mais dense a mis en avant l'influence de la télévision sur le façonnage, le formatage des esprits mais cela suppose qu'on regarde la télé qui absorbe 3 H 25 de la vie des gens chaque jour soit notre temps libre, possiblement créateur

sur l'impossibilité pour certains jeunes de s'évoquer, se représenter, s'identifier sans référence à des émissions mais cela suppose le renoncement à son temps libre, à son pouvoir créateur

la discussion a porté aussi sur le clivage dont nous sommes constitués : conscients qu'on est manipulé et soumis à cela

ou travaillés subconsciemment, inconsciemment par des modèles dominants sans même nous en apercevoir

mais Huxley, Orwell, d'autres ont bien décrit il y a déjà quelque temps vers quoi nous allons; Huxley me semble plus pertinent qu'Orwell

d'autres nous alertent depuis longtemps: Chomsky par exemple en décrivant les mécanismes de manipulation

comment se fait-il qu'on découvre au détour d'une discussion des évidences assez mal admises

ce n'est plus le temps des héros ai-je entendu

bien sûr, on nous a convaincus que victimes, nous étions aussi des bourreaux

que nous étions tous des salauds en puissance et en actes, micro-actes dans ma cuisine, au lit ... le confessionnal n'est plus loin et pire

qu'exploités, aliénés, nous étions surtout des soumis volontaires

je préférerais un temps de héros; je me réfugie donc dans des films où un balèze tout seul ou une femme toute seule aussi ... vous voyez le genre ; ça me dispense d'agir, de susciter mon enthousiasme et celui des autres, d'aiguiser mon désir, de me coltiner à certains de mes rêves; les Américains sont très forts dans ces films à héros solitaires qui s'en prennent aux puissants qui ne respectent pas règles, films de "droite" permettant l'identification; que seraient des films de "gauche" où ce serait des groupes invisibles qui agiraient sur des cibles elles-mêmes invisibles ?

au théâtre, y a t-il encore des héros ? il me semble que non, peut-être sur les scènes privées

dans la vie, il y en a beaucoup, on ne les voit pas JCG

Lire la suite