Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Tania's Paradise/Journal de voyages en Israël

27 Mars 2014 , Rédigé par grossel

Le livre en 3 langues, français, anglais, hébreu vient de paraître.

Tania’s Paradise

Solo pour contorsionniste de proximité

Une écriture de pavés et de poupées

J’ai vu ce nouveau spectacle de la compagnie Attention Fragile les 15 et 16 décembre 2012 à La Valette, dans le Parc des Troènes, accueilli par le service culturel de la ville. Tout frais, le spectacle, une dizaine de représentations.

J’avais assisté à la première ébauche du travail en avril 2009 au collège de la Marquisane à Toulon. Je rêvais de faire installer la compagnie pour plusieurs semaines au Lycée du Golf-Hôtel à Hyères. Cela n’eut pas lieu.
Le spectacle se déroule sous une yourte kirghize, jauge 50 à 70 personnes, en rond, sur 3 niveaux, très près de la piste ronde où se raconte l’artiste Tania Sheflan. Je dis artiste car elle a de nombreuses cordes à son arc : contorsionniste, comédienne de l’intime, danseuse classique sur pointes, manipulatrice d’accessoires, musicienne harpiste, hôtesse accueillante …

Et j’ai vu que ce spectacle variait un peu d’un jour à l’autre, la rondeur de la piste permettant ces variations.

Pour ce spectacle écrit et mis en scène par Gilles Cailleau, Tania s’est racontée à Gilles et après 3 ans de maturation racontée dans un journal de voyage lisible sur le site de la compagnie, nous sommes interpellés par cette jeune femme de 32 ans, mère d’une petite fille, qui a appris son métier de contorsionniste en quelques années à son arrivée en France après son service militaire en Israël. Nous recevons ces confidences comme si nous étions ses ami(e)s. Et le temps passant (1 H 15), nous le devenons. Elle s’adresse à nous avec une belle franchise, une simplicité sans impudeur, avec drôlerie ; quand ça fait mouche, le public l’exprime par des rires légers.

J’ai aimé cette légèreté : rien d’appuyé, un naturel dans l’interprétation qui fonctionne à merveille.
Ce naturel des confidences est obtenu alors même que Tania manipule sans cesse des accessoires : chaises d’enfants, poupées, pavés, seau, harpe, planche. Elle n’arrête pas de construire, démolir. L’espace scénique est le lieu de transformations incessantes et sur ces constructions de pavés, modèles réduits de ce qui se passe en Israël, pays de constructions et de démolitions (nous le comprenons progressivement, ça nous imprègne doucement), notre confidente contorsionniste exécute des numéros dont certains sont osés.

J’ignore le risque pris par Tania mais nous l’éprouvons. Nous retrouvons de vieilles peurs pour l’artiste se mettant en danger, risques calculés.

Évidemment, des confidences dites dans des déplacements périlleux, des contorsions exigeantes physiquement, ne sont pas reçues comme des confidences au creux de l’oreiller. Elles sont plus inquiètes et inquiétantes. Et quand Tania respire un grand coup après un exercice, avec elle nous reprenons notre souffle. C’est bon que le souffle soit ainsi sollicité. Êtres de souffle, nous en prenons conscience après l’avoir suspendu.

Deux accessoires dominent, les pavés et les poupées. C’est une véritable écriture de pierres qu’inscrit Tania sur la piste pour nous parler, dans les décors qu’elle construit avec dextérité et reprises, de son quotidien en Israël, pays des alertes et des attentats, des constructions et démolitions.

Ce qui n’empêche pas de s’aimer, de se blesser, d’avoir peur, de rechercher des souvenirs. De se heurter à l’Histoire (en 1948, l’année de la Nakba - la catastrophe - pour les palestiniens, il n’y avait rien, a-t-elle appris et elle découvre un jour que ce n’est pas vrai). De se poser des questions (et si ma fille vient m’annoncer un jour qu’elle va faire son service militaire comment jugerai-je mon éducation).

Ne voulant pas révéler ce qui se passe sur la piste, je ne mets l’accent que sur cette écriture de pavés qui construit et démolit, sur cette écriture de poupées qui humanise ces habitats. Les poupées permettent manipulations sans ménagement, avec violence ou avec délicatesse.

Les poupées comme les pavés nous proposent un univers miniature donc distancié, avec une forte charge symbolique. Les contorsions deviennent elles-mêmes symboliques tout en étant ressenties physiquement.

Sous nos yeux, nos contorsions sans cas de conscience, liées à nos contradictions, irresponsabilités, lâchetés, tricheries.

Paradoxe, cette visualisation ne nous culpabilise pas. Car ce que le corps de Tania montre, propage, c’est à la fois de l’aisance, de l’effort, de la légèreté, de la fragilité, de la gaieté (ah l’ambiguïté de son rire dans le masque à gaz !)

Pas de manifestation de force, de puissance. Pas de manifestation de souffrance.

Une vie s’expose, s’accepte et s’offre comme elle est vécue, avec ses équilibres et déséquilibres.

L’art de la contorsion tient dans ce sens de l’équilibre dans le déséquilibre, l’art de se rattraper d’une maladresse.

C’est le message de ce spectacle : au milieu des dangers de toutes sortes menaçant ton intégrité, tente d’avoir le sens de l’équilibre. Exerce-toi !

C’est la notion de juste milieu, de prudence d’Aristote rendue physique par l’attachante Tania dans un monde de convulsions.

J’ai pensé au comportement de Marcel Conche quand réfractaire et se déplaçant pour échapper à tout embrigadement (ou STO ou Résistance dans les rangs de l’AS, des FFI ou des FTP), il se retrouve avec d’autres à devoir traverser une clairière où bivouaquent des Allemands. Les officiers sont au mess, les soldats déjeunent. Les réfractaires passent naturellement. Peu de temps après, Marcel Conche apprend que ce sont les SS de la division Das Reich, celle qui a pendu à des crochets de boucher, 99 habitants de Tulle, le 9 juin 1944 (il apprend que c’est la veille de son passage) et qui, le 10 juin 1944, rasera Oradour-sur-Glane brûlant 642 personnes dont 247 enfants. Nous racontant cette scène, il y a une dizaine de jours, il nous dira : les Allemands ne peuvent pas faire deux choses en même temps ; ou ils tuent, ou ils mangent. Ils avaient tué, ils mangeaient. On a pu traverser. Et entré dans le bois, il se sépara de ses compagnons pour avoir plus de chances de s’en sortir seul.

Si je rapporte cette histoire à propos du spectacle, c’est que la vie en Israël est sur le fil, le cul entre deux chaises. Parce que ce pays est cerné comme Tania, cernée par nous. Parce que ce pays est un pays d’occupants et un pays d’assiégés. Parce que ce pays subit la pression démographique palestinienne interne et finira peut-être par perdre son identité juive.

Le mur de pavés avec ses deux petits drapeaux israéliens dit la fragilité de ce pays, contraint à s’encercler, à s’enfermer ou le faisant volontairement. Le mur connaîtra nécessairement un jour l’effet domino, comme tous les murs. D’où viendra le coup de pied qui l’effondrera ? Pour le meilleur, pour le pire ou un mélange des deux ?

Tania’s Paradise est un spectacle fabriqué avec de l’intime, porté à l’incandescence politique par le travail de contorsionniste de Tania avec ses pavés et ses poupées.

Spectacle se révélant profondément politique sans délivrer aucun message pro ou anti-israélien. Donnant à sentir une situation indécidable, en équilibre instable, pouvant à tout moment basculer. Comme Tania enlevant un pavé de son dernier édifice.

Va-t-il s’écrouler ?

Noir.

Ce spectacle a été créé en hébreu en Israël. Il se joue et se jouera en français, chez nous. Une version anglaise est en préparation. C’est dire l’attente de la compagnie et de la production In8Circle.

Ce spectacle connaîtra peut-être le sort du Tour complet du cœur, 547 représentations et ce n’est pas fini, 3 éditions du livre. Ou de Gilles et Bérénice, déjà 140 représentations et 1 édition.

La compagnie Attention fragile vient de s’installer à La Valette, accueillie par la ville et le Conseil général du Var.

Cette compagnie foraine qui apporte ses spectacles là où le théâtre ne va pas, avec ses 5 chapiteaux, est atypique dans le paysage théâtral français. Elle prouve qu’on peut inventer, innover, tisser des liens durables en circulant dans les territoires, en allant vers les autres dans la proximité.

Je suis fier d’avoir été le premier à accueillir Le Tour complet du cœur dans le Var, au Revest. Et d’être l’éditeur de cet auteur subtil qu’est Gilles Cailleau, saltimbanque de l’étrangeté de l’âme ordinaire.

Jean-Claude Grosse, le 19 décembre 2012

Commentaire

Bonjour Jean Claude,

Très intéressant ton article sur ce spectacle, j'aimerais bien le voir si c'est possible lorsque je serai en France. L'idée de ces chapiteaux est très intelligente et importante. Gilles revient au théâtre comme il était pratiqué il y pas si longtemps, les saltimbanques passant de ville en ville.
Quant à Israël c'est bien compliqué. Je suis en train de préparer un texte qui va s'appeler "The Massada complexe" qui parle justement de la destruction d'Israël. Je pense en effet qu'il y aura une nouvelle diaspora d'ici... peut-être même de mon vivant. Pas uniquement du fait des palestiniens et de leur démographie galopante, mais peut-être surtout de la démographie tout aussi galopante des juifs orthodoxes, et crois-moi le Hamas à côté ce sont des enfants de choeur. A moyen terme, ce pays qui est déjà par sa nature un pays fasciste (ce n'est pas moi qui le dis, mais l'historien américain Robert Paxton dans son livre The Anatomy of Fascism), deviendra ultra-fasciste... Le risque c'est que les Israëlliens modérés se cassent. Exactement comme mon beau-frère qui voudrait envoyer en avant-garde ses deux fils 14 et 12 ans vivre en France, parce qu'il n'a pas envie de les voir se faire tuer pour défendre les intérêts de colons qui pour une bonne part sont des orthodoxes. On serre les fesses à l'idée que les Iraniens puissent avoir la bombe. Moi je serre les fesses à l'idée que les juifs orthodoxes prennent le pouvoir d'un état qui l'a déjà.

Sur ce bonne journée à toi,

Marc

Tania's Paradise/Journal de voyages en Israël
Lire la suite