Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré
Articles récents

Les 30 ans des Cahiers de l'Égaré au Revest

29 Octobre 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré, #bocals agités

chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres
chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres

chaque moment de ces 3 jours illustré par des photos, spectacle, ateliers, lectures, concert, boîte à livres, exposition de livres

Fête de l'ectriture / Faites de l'ectriture !

12-13 et 14 octobre 2018

Le Revest

 

La fête de l'ectriture / faites de l'ectriture ! (mot-valise trituré à partir des mots écriture et lecture, qui renvoient à des actes de triture, écrire c'est triturer les mots = écritriture, lire à voix haute, c'est triturer la voix = lectriture), a eu lieu les 12-13 et 14 octobre 2018, au Revest.

Cette fête a été organisée pour les 30 ans des Cahiers de l'Égaré, maison d'édition installée au Revest qui a publié 200 titres depuis 1988, théâtre, philosophie, essais, poésie, après avoir publié la revue Aporie (14 N°) dès 1982.

 

Déroulement de la fête de l'ectriture :

 

1– vendredi 12 octobre, à 20 H, spectacle offert par la municipalité à la Maison des Comoni en partenariat avec le Pôle Jeune Public, Les Pieds tanqués, par la compagnie artscénicum. Ce spectacle a plus de 350 représentations à son actif. La pièce a été éditée par Les Cahiers de l'Égaré, 7 éditions à 500 exemplaires soit déjà 3500 exemplaires.

Salle pleine, 200 personnes, spectacle très apprécié.

La salle des mariages ou la salle des minots a été ouverte pour l'exposition-vente à prix réduits (2 €) des Cahiers de l'Égaré, sur les 2 jours (samedi et dimanche). 130 livres vendus, 30 livres offerts pour la boîte à livres, 25 offerts pour la bibliothèque participative du Cercle artistique du Revest. Partenariat avec Les amis du Vieux Revest qui ont présenté leurs productions.

 

2 – samedi 13 octobre à partir de 10 H, ateliers d'écriture sur la place Meiffret, une quinzaine de participants (lire les textes dans la rubrique TEXTES) avec Sylvie Combe (L'écrit-plume) et Marie-Hélène Taillard (Les amis du Vieux-Revest).

À 12 H, inauguration par le 1° adjoint Richard N'Guyen d'une boîte à livres fabriquée par le SLAJ sous la houlette de Magali Barry. Une vingtaine de présents.

À 14H, atelier de calligraphie, salle des minots, avec Couleurs revestoises et la calligraphe Jie Zhong-Hipken.  Presque 20 personnes.

À 16 H, initiation à la lecture à voix haute par 2 comédiens : Sophia Johnson et Pascal Rozand.

À 18 H, lecture des textes dans l'amphithéâtre du jardin public. Une trentaine de personnes.

 

3 – dimanche 14 octobre à partir de 10 H, ateliers d'écriture sur la place Meiffret avec Muriel Gébelin en slam et avec Michelle Lissillour (Point de mire), une dizaine de participants. Lecture des slams et textes vers midi.

À 18 H 30, concert de clôture dans l'église du Revest avec Mus'art. Église quasi-pleine, 80 personnes.

 

En amont, ateliers d'écriture à l'école primaire (deux classes = une cinquantaine d'élèves) avec Pascale Cressent et Marie-hélène Taillard. Et création de mots-valises par des enfants dans le cadre péri-scolaire.

Une bien belle manifestation avec beau temps, bonne humeur, participation active de pas moins de 8 associations et environ 380 personnes concernées. Un grand merci au Maire du Revest, Ange Musso, qui a soutenu sans réserves cette manifestation, à Jean-Luc Le Gall puis à Claude Serra de la mairie qui ont assuré le lien et le suivi. 

 

 

Jean-Claude Grosse, éditeur des Cahiers de l'Égaré

 

QUELQUES TEXTES

Trompe-l'oeil

(1)
MUr par mimetisme
S'est fait les joues
De la fontaine
Sous l'arbre jaune
Qui l'a toute bue


(2)
Dessous le toit

Des oliviers dans leur montagne
Ont coloriÈ des feuilles de l'herbe
Le long des tables

N'y croit depuis son mur
Ce seul oiseau tout juste posÈ
A tout jamais

Julien

Qu'est ce que je mets dans mon cahier ?
Des photos, des billets, des lettres, des rubans, mes envies, ma vie mes désirs tes désirs nos passions nos entrelacs tout s'en va, sens dessus dessous sans mes dessous, cachées dans mes cahiers, nos chasses sont bien gardées !

Slam
J'ai cherché, j'ai erré dans ces mots pour dire, pour écrire au Revest dans ces cahiers, m'égarant ... me gardant bien d'amener mes chiens, mes chimères ou même ma mère. Sous ce ciel gris, ma mine décrit sans décrier devant vos minois sans voix (pour l'instant) mon plaisir indicible de partager en ce moment cet art_ti cho des mots qui sont des fenêtres ou bien ce sont des murs murs ...
J'ai cherché, j'ai erré dans ces mots, ces moments, un instant, un thé, un O, un été, un automne ... me gardant bien de monopoliser, de mono parler, de garder tous les mots pour moi, pour vous en laisser. Alors je vous en prie, je vous en laisse, ne vous faites pas prier, partagez vos papiers !

Océane

Sur son fil l'oiseau est-il signe
Non ni note sur sa portÈe
Antique temps n'est plus
Et les cygnes ont dÈsertÈ le bleu des cieux

Il m'aurait plu d'en retrouver le fil
De dÈnouer ses notes une ‡ une
D'entendre chanter leurs tons tout ronds
Et deviner leurs prÈsages de temps nouveaux

Oiseau sur sa branche ne s'est pas plu
Je l'ai attendu mais il n'est plus revenu
Aurait-il pu m'apprendre ‡ dÈchiffrer
De quels signes sont faits les cieux


                opm

Atelier slam, sous la conduite de MÜ, slameuse

Consignes :

  1. Une liste de mots en consonance avec Cahier – Egaré – Revest

  2. Un cahier personnel qu’y met-on ?

  3. Se promener dans les titres édités par l’Egaré

******************************************************

30 ans de cahiers à l’Egaré

En venant au Revest, je voulais m’égarer

Mais en douceur je me suis posée

J’étais venue avec mon cahier, Mais je l’ai bien vite plié

Sur la montagne au ciel accrochée, Mon regard s’est posé

Sa nature dans mon cœur s’est versé, et mon âme a chanté

dans un souffle, en premier, comme émue par un bal d’oiseaux

J’étais enchantée, bouleversée, Toutes mes cordes ont vibré

Alors le chant s’est fait symphonie

Pour moi, les lendemains qui dansent, ça serait ici

Mes soirs seraient bleus ou roses

Je resterais là, les pieds tanqués, à l’abri du Donjon Soleil

A écouter les étranges souffrances d’un directeur de théâtre

Editeur de surcroit

Qui voulait me communiquer une parcelle de sa sagesse tragique

Alors moi, qui ait une mémoire de crabe

J’ai remis ma vie en jeu, J’ai fait le tour complet de mon cœur

J’ai repris un cahier, Et j’ai recommencé à écrire

J’ai installé ma cabane et je suis restée.

 

Michelle Lissillour

Atelier du samedi 13 octobre 2018

Sous la direction de Marie-Hélène Taillard et Sylvie Combe

A partir d’une promenade dans le village, de cartes postales anciennes et de la liste des 200 titres édités aux Cahiers de l’Egaré

**********************************************

 

Au bal des oiseaux, les lendemains dansent jusqu’à l’éternité.

Au souffle du vent léger

Poétiquement revestoise, la place aux platanes s’est joyeusement animée.

Les monts, humbles veilleurs silencieux, forment une couronne d’ocre et de vert teintés.

Suivre les charmants chemins escarpés

Révélant, au détour, de belles oliveraies.

Dardenne et son onde azur, n’ont certes rien à envier à la beauté des lieux.

La tour, vestige du passé, côtoyant des maisonnettes à peine délabrées,

Nous conte leurs histoires, celles de nos aïeux.

Ha ! Rêver le monde, à l’éternité d’une seconde bleue !

Là où tout commence et tout finit.

 

 

Première visite au Revest les Eaux –

Jeanne KERAUTRET

Samedi 13 octobre 2018

 

Il n’y a pas d’autre monde

Je pensais villégiature

Diamant, confiture

Bourgeoisie et ennui

Et j’’entends autour des pots de miel

Etalés sur le marché

Travail, labeur

Artisan et mains d’ouvriers.

George Sand est passée

L’égaré du Cahier est resté

Et ceux dont on a oublié les noms

Ceux qui ont porté les pierres

Dorment maintenant au cimetière

La voie certaine vers « Dieu »...

 

Sisi

 

Dimanche 14 octobre 2018

 

Passage du temps

D’urine et de fer

Juste un écart

Balayé par le vent.

Ici, pas de fard à paupière, de karcher

Pas de quartier

Où faut pas être né

Petits oiseaux, dentelles, vieilles pierres

Avec peut-être, parfois, des gouttes d’arsenic

Ambiance aseptisée pour qui ne connait

En dehors de la chasse

Et de sa virilité.

Es-tu bien garé

Ami de l’Egaré ?

Tout ce que je dis

Du fond des navires

Au mat déchiqueté

N’est que remerciements

D’avoir posé en ce lieu

Un peu de liberté.

68 pétales de roses

Des petits riens imprévus

Des enfants d’eau

Et des passages de nuit

Qui ne nuisent pas

Sans condition de modération.

Silencieuse fraternité

Faisceaux de talents

Accrochés aux cailloux

Vol de voix et voie sans issue

Qui tantôt se prennent pour des têtes

Tantôt écrivent comme ils pètent.

L’enjeu des lendemains

N’est-il pas de rêver le monde

Un nouveau monde

Où on baladerait

Durant l’éternité d’une seconde bleue

Ou verte ou caca d’oie.

Passage du temps

Aux couleurs de la vie

Faites de grottes, d’oppidum

De fours à cade et de sentiers escarpés

De printemps ou d’été.

Au visage du vent

Anatomie d’une absence

Où heureusement, un jour, on meurt.

 

Sisi

 

Lire la suite

12-13-14 octobre/Les 30 ans des Cahiers de l'Égaré/Faites de l'ectriture !

10 Octobre 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré, #jean-claude grosse, #écriture, #bocals agités

le flyer des 30 ans des Cahiers de l'Égaré au Revest et l'Europe des poètes avec Musart
le flyer des 30 ans des Cahiers de l'Égaré au Revest et l'Europe des poètes avec Musart

le flyer des 30 ans des Cahiers de l'Égaré au Revest et l'Europe des poètes avec Musart

Fête de l'ectriture / Faites de l'ectriture !

12-13 et 14 octobre 2018

Le Revest

 

Ce document a été élaboré à partir de 3 réunions de travail, une entre Les amis du Vieux Revest, Les Cahiers de l'Égaré et Point de mire, deux avec le directeur de cabinet du Maire du Revest et diverses rencontres (le Pôle Jeune Public, Couleurs Revestoises, Mus'art, la directrice de l'école primaire, Jacqueline Regnaud, Barback et Gougoutte, artscénicum théâtre)

 

La fête de l'ectriture / faites de l'ectriture ! (mot-valise trituré à partir des mots écriture et lecture, qui renvoient à des actes de triture, écrire c'est triturer les mots = écritriture, lire à voix haute, c'est triturer la voix = lectriture), la première (et en même temps dernière fête de ce genre) aura lieu les 12-13 et 14 octobre 2018, au Revest.

Cette fête est organisée pour les 30 ans des Cahiers de l'Égaré, maison d'édition installée au Revest qui a publié 200 titres depuis 1988, théâtre, philosophie, essais, poésie, après avoir publié la revue Aporie (14 N°) dès 1982.

Cette fête organisée en partenariat avec la municipalité a pour objectif d'inciter des gens de tous âges, tous milieux à écrire des textes en suivant les consignes données par 4 animatrices d'ateliers d'écritures, Point de mire, L'écrit-plume. Durée maximale des ateliers en différents points du village : 2 H, de 10 à 12 H. Les textes produits seront suspendus sur des cordes à linge. Ce sera le moment Grande Lessive des Maux par les Mots. Les participants seront ensuite amenés à lire leur texte à voix haute, conseillés par deux comédiens professionnels. Mise en bouche vers 15 H. Lectures vers 17 H. Un atelier de calligraphie organisé le samedi 13 après-midi par Couleurs revestoises complètera ce dispositif. Et le dimanche 14 octobre, la fête sera clôturée par un concert de chants classiques français à l'initiative de Mus'art.

 

Déroulement de la fête de l'ectriture :

 

1– vendredi 12 octobre, à 20 H, spectacle offert par la municipalité à la Maison des Comoni en partenariat avec le Pôle Jeune Public, Les Pieds tanqués, par la compagnie artscénicum. Ce spectacle a plus de 350 représentations à son actif. La pièce a été éditée par Les Cahiers de l'Égaré, 7 éditions à 500 exemplaires soit déjà 3500 exemplaires. Réservations obligatoires auprès du PJP.

La salle des mariages ou la salle des minots sera ouverte pour l'exposition-vente à prix réduits des Cahiers de l'Égaré, sur les 2 jours (samedi et dimanche). Partenariat avec Les amis du Vieux Revest qui présenteront et vendront leur livre des 30 ans.

 

2 – samedi 13 octobre à partir de 10 H, ateliers d'écriture sur la place Meiffret s'il fait beau, accès possible salle des minots en cas de repli (la salle Sauvaire sera occupée par la daube paroissiale). Les animatrices disposeront des titres des Cahiers de l'Égaré pour les proposer comme amorces aux participants (216 titres). Elles mettront Le Revest et le hameau de Dardennes au cœur des écritures, les noms de rues et ruelles, les événements marquants, les personnages, les figures du Revest (on essaiera de mettre au travail Claude Demai, Maurice Martin et d'autres), les paysages et visages du Revest, les rêves d'avenir pour le village et le hameau. Les amis du Vieux Revest seront les mémorialistes à la disposition des écrivents, avec leurs brochures, archives.

À 12 H, inauguration par le Maire des 2 boîtes à livres fabriquées par le SLAJ sous la houlette de Magali Barry. L'une des deux boîtes sera placée vers la Maison Charles Vidal, lieu de passage des jeunes et de leurs parents. Ceux qui le désireront pourront déguster la daube de sanglier préparée par Jacqueline Regnaud au profit de la paroisse. Inscription en amont.

Vers 14H, atelier de calligraphie, salle des minots, avec Couleurs revestoises.  Vers 16 H, initiation à la lecture à voix haute par 2 comédiennes. À 18 H, lecture des textes dans l'amphithéâtre du jardin public.

3 – dimanche 14 octobre à partir de 10 H, ateliers d'écriture sur la place Meiffret s'il fait beau, accès possible salle des minots en cas de repli, la salle Sauvaire sera disponible. Les animatrices disposeront des titres des Cahiers de l'Égaré pour les proposer comme amorces aux participants. Elles mettront Le Revest et le hameau de Dardennes au cœur des écritures, les noms de rues et ruelles, les événements marquants, les personnages, les figures du Revest, les paysages et visages du Revest, les rêves d'avenir pour le village et le hameau. Les amis du Vieux Revest seront les mémorialistes à la disposition des écrivents, avec leurs brochures, archives.

À 15 H, initiation à la lecture à voix haute par 2 comédiennes. À 17 H, lecture des textes dans l'amphithéâtre du jardin public.

À 18 H 30, concert de clôture dans l'église du Revest avec Mus'art.

 

En amont, atelier d'écriture à l'école primaire pour que les enfants soient associés à la fête. La directrice de l'école primaire est d'accord sur le principe. Modalités à définir avec elle, à la rentrée.

 

Pour la communication, article sous forme du déroulement et d'un entretien avec Claude Serra dans le bulletin municipal de début octobre. Flyers réalisés par la mairie destinés aux parents par l'intermédiaire du carnet des enfants scolarisés. Affichettes réalisées par la mairie. Information via les site Revest 83 et Revestou, peut-être le magazine Cité des arts, Var-matin. Diffusion sur FB et par courriels. Jean-Marc Adolphe se fera le relais sur son blog Médiapart et avec son journal performatif, Le cours des choses.

 

Jean-Claude Grosse, éditeur des Cahiers de l'Égaré

Titres pouvant constituer des amorces :

 

Aporie 1982, l'ordre et le désordre, Aporie 1983, le diable et les démons, Aporie1984, La limite, Aporie 1985, l'espoir, Aporie 1986, Odysseus Elitys, Aporie 1986, La crise, Aporie 1987, Le désert, Aporie 1987, La tragédie Saint-John Perse, Aporie 1988, Égée-Judée Lorand Gaspar, Aporie 1988, La mise à mort, Aporie 1989, Le soleil, Aporie 1989, Le mythe, Aporie 1990, Salah Stétié et la Méditerranée noire, Aporie 1990, Du vent (14 N°)

Clepsydre, Donjon Soleil, De l'impasse à la traverse, Histoires du Revest-Patience, Feu, Le livre du Dol, Un poète mais pour quoi faire ?, Elipse ou de lundi à dimanche, L'ombre de Don Juan, Pilate, Le cas Gaspard Meyer, Voïces ou Le retour d'Ulysse, Avant tout, X ou le petit mystère de la passion, Paysage de nuit avec œuvre d'art, Lettre au directeur du théâtre, Tout ce que je dis, Ruth éveillée, Relation, Le fond des navires, Le cas Quichotte, Lumière sur lumière, Silencieuse fraternité, Le voyage d'Alep, Sana'a Aden, L'enfant d'eau, Paroles du silence rouge, L'auteurdutexte, Paroles à façon(s), Parole d'aimant(e), La Parole éprouvée, La vie en jeu, La lutte des places, Histoire de places, Mabel ou il faut mettre de l'ordre dans la maison, Les étranges souffrances d'un directeur de théâtre, Midi à nos portes, Nord-Sud / Ballade hexagonale, Choeur des continents, Je sors, Le voyageur invisible, L'apostrophe, Roses des sables, Anà Mua un bruissement, La lumière des hommes, Beverly, Le peintre, La mort de Socrate, Toulon 1942-1943, Nu (50)

Rien ne vaut le réel contre l'inquiétude, La Rose, Sarah, Lettre à l'enfant, Fa'a'a'mu-l'enfant adoptif, 68 mon amour, Une vie, La mort et l'amour, Le cycle de la Rose, Discours d'investiture de la Présidente des États-Unis, Les petits riens dans la clinique analytique, Bonheur, Bonheur 2, Le livre des cendres d'Emmanuelle, Pierre, Il faut que la neige tombe ou l'école imprévue, Fiction du capital, Le hasard et la mort, L'argent (tel un divin néant pour une humanité ultime?), Bricoles (journal d'une absence de bord), Obscur à soi, Les enfants du Baïkal, Le fils du Baïkal, Baïkal's Bocal, Pour une école du gai savoir, Actualité d'une sagesse tragique, Le silence d'Emilie, Avec Marcel Conche, Entretiens avec Marcel Conche, De l'amour, La voie certaine vers « Dieu » ou l'esprit de la religion, Heureusement qu'on meurt, Jouer avec le temps, L'incertaine apparence de l'île de Port-Cros, Il n'y a pas d'autre monde, L'hippocampe et le rétroviseur, Disparition, 30 mots pour maman, Le gras théâtre est mort maman, Babel ou le mystère des langues, Le passage de l'ange, Wolfie le petit Mozart, Tania's Paradise, Le Nouveau Monde, Le tour complet du cœur, Gilles et Bérénice, Tout l'univers en plus petit, Fournaise, Vous qui lisez ne me regardez pas, Larmes 200 (50)

Fantaisies culinaires sucrées, Au bal des oiseaux, Faisceaux sous bois acide, Temps de loups, On ira voir la mer, L'enjeu de l'acteur, Les lendemains qui dansent, Rêver le monde, Le corps qui parle, Les fabuleuses aventures d'Ulysse, Soir bleu / Soir rose, Un visible Théo, Rouge nocturne / Verdun, La mémoire du crabe, Dis la vie comment ça marche ?, Sans voix, Ferme les yeux et regarde au loin, Gabrielle Russier / Antigone, À Gabrielle merci pour l'utopie, Où étais-tu ?, Ailleurs, l'herbe est plus verte, Celle qui venait d'ailleurs, Battements d'ailes, Baladintime, L'esclafier, T'es qui toi / T'es d'où, Homo Botticelli, Mon Bosphore à moi, L'ile aux mouettes, L'éternité d'une seconde Bleu Giotto, Là où ça prend fin, Des étoiles et des ellipses, Elle s'appelait Agnès, Poésie pendue au précipice du poète, Envies de Méditerranée, Marilyn après tout, MMM moi Marilyn, Diderot pour tout savoir, Cervantes / Shakespeare cadavres exquis, Lili-Suzon, 1907 batailles dans le Midi, Les pieds tanqués, Théâtre de la jeunesse, Théâtre de la jeunesse#2, Théâtre de la jeunesse#3, L'ultime scène, La parole buissonnière, Je ne suis pas sûr d'avoir tort, Monsieur Macron nous ferait-il marcher ?, Moi Avide 1° l'Élu, EAT (manger, pisser, écrire) au temps des queues de cerises (50)

Vols de voix, Le voyage d'Amadou, Le souffle et le docteur, L'anse aux loups, Kaoru / une écriture concertante venue du ciel, Corsavy d'hier et d'aujourd'hui, Corsavy Paysages et visages, De Gaulle 68 la révérence, Une tragédie américaine, La nature prisonnière, Le bord des falaises ou comment se relever de ses morts ?, Tu pètes plus haut que ton cul ma fille, Effractions 1, Effractions 2, L'émergence d'une ile, Anatomie d'une absence, Suis-je donc ?, Les Saintes écorchures, Les Mauves, La légende des Jumeaux, Autrefois Outrebois, Chair Fraîche, Du Jardin d'Eden et autres plaisirs, La rivière Golshifteh, Le passage du temps, Fragments de l'amour, D'urine et de fer, Rouvière-un lycée dans le vent, Paginaire-Cent chantiers d'écriture, Aux couleurs de la vie, À fleurs de larmes, Amour à mort, Ma dernière bande, L'île aux esclaves, Le Grete : une Odyssée, La Grotte, Pour Refuge B, Jazz à Porquerolles, Visages du vent (39)

Théâtre à vif-le sabordage de la flotte le 27 novembre 1942 à Toulon, L'agora 1995/1996, L'agora 1996:1997/À L'épreuve de l'éthique, L'agora 1997/1998/quelles valeurs de quelques valeurs : la démocratie, la laïcité, l'amitié, la paix, L'agora 1998/1999, L'agora 1999/2000/des terreurs à la lumière, des cris à l'écrit, L'agora 2000/2001/Toulon/Var/Méditerranée, L'agora 2001/2002/ Enfances (8), Le Printemps des poètes dans les Collèges du Var (2000-2001-2002-2003-2004) (5) = 216 titres.

Jean-Claude Grosse est devenu éditeur des Cahiers de l'Égaré

- parce qu'il a créé le festival de théâtre du Revest (de 1983 à 1991) 

- parce qu'il a assuré la programmation théâtrale de la Maison des Comoni (de juillet 1990 à décembre 2004)

- parce qu'il a souhaité donné la forme livre à des pièces de théâtre créées ou représentées au Revest et qui n'avaient d'existence que le temps des représentations et le temps du souvenir.

Il a estimé que le théâtre s'il se joue, se voit, s'écoute peut aussi se lire, ce que Alfred de Musset avait compris avec sa formule Un spectacle pour un fauteuil. 

Dans l'esprit de Musset, il s'agissait d'assumer pleinement la liberté de l'auteur, non soumis aux contraintes de la représentation et aux réactions du public.

Pour Jean-Claude Grosse, éditer du théâtre, c'est permettre au lecteur de se libérer de la vision du metteur en scène, de se servir de son imagination et de se livrer au jeu des interprétations, en toute liberté, parfois contre l'auteur.

Et c'est ainsi qu'en 30 ans, il a édité non seulement du théâtre mais aussi des essais, de la philosophie et de la poésie.

Avec 216 titres, Les Cahiers de l'Égaré, sans bruit, sans médiatisation, sans publicité, sans esprit d'entreprise, sans volonté de faire de l'argent, sur la base exclusivement du bénévolat de leur directeur, en respectant les auteurs et leurs droits, en passant commande d'écritures, ont fait leur chemin.

Les ateliers d'écriture qui auront lieu les 13 et 14 octobre avec pour amorce, les titres publiés, montreront les résonances rencontrées par ces livres.

C'est cet amour des mots, de la langue qui se triture pour dire le réel et dire la vérité sur le réel qui donne la ligne éditoriale.

Une petite introduction qui te présente et l’objet des cahiers de l’égaré.
 
1         30 ans ! Vous nous racontez ?
2         Par le théâtre, l’écriture, la lecture, l’art peut-il éveiller les consciences ?
3         Quel sera le programme des festivités ?
voici mes réponses aux questions
 

Jean-Claude Grosse, comment vous présenteriez-vous ?

Je suis né en 1940 à Ollioules, Je suis arrivé au Revest en 1981. De 1983 à 2004, j’ai assuré bénévolement la programmation théâtrale du Revest. Dès 1988, j’ai créé Les Cahiers de l’Égaré.
 
30 ans, vous nous racontez ?
pour éditer plus de 200 titres (théâtre, philosophie, essais, poésie) en 30 ans, il m’a fallu oser aller à la rencontre de poètes de renom comme Odysseus Elytis (Nobel de littérature 1979), Salah Stétié, du philosophe Marcel Conche, de feu Emmanuelle Arsan; ce fut et c’est encore une aventure d’appels à textes pour des livres pluriels;  le prochain livre pluriel à paraître le 15 octobre, s’appelle Le Passage du Temps avec 32 écrivains dont Maryse Condé, une des 4 finalistes du Nobel alternatif 2018.
 
 
L’art peut-il éveiller les consciences ?
 Je ne crois plus au rôle éveilleur de la culture transmise. Je suis pour que tout le monde puisse s’exprimer pour s’éveiller, s'élever. De la coopération, pas de la compétition. L’horizontalité des échanges, pas la verticalité de la transmission.
 
Le programme
le vendredi 12 octobre à 20 H, spectacle Les pieds tanqués, offert par la municipalité (que je remercie pour son investissement) sur réservation obligatoire auprès du PJP
ateliers d’écriture le samedi 13 et le dimanche 14 octobre  de 10 à 12 H avec les animatrices de deux associations (Point de mire et L’écrit-plume) et la participation des Amis du Vieux Revest, grande lessive
exposition-vente des Cahiers de l’Égaré de 10 à 12 H, les samedi et dimanche
inauguration samedi 13 octobre à 12 H par le maire du Revest des boîtes à livres du Revest et de Dardennes (livres en libre service), réalisées par le SLAJ
l’après-midi du samedi, de 14 à 15 H 30, rencontre illustrée sur l’art de la calligraphie chinoise avec l’association Couleurs revestoises; 16 H, mise en bouche des textes avec le soutien de deux comédiens, Sophia Johnson et Pascal Rozan; restitution dans l’amphithéâtre du jardin public à 17 H 30
dimanche 14 octobre, 15 H 30, mise en bouche des textes; à partir de 17 H, restitution dans l’amphithéâtre du jardin public; à 18 H, concert lyrique de clôture dans l’église, L’Europe des Poètes, organisé par l’association Mus’art, entrée libre.
Lire la suite

Corps Ça Vit/fête de l'éctriture

9 Août 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #écriture, #cahiers de l'égaré, #jean-claude grosse, #bocals agités

reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier
reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier

reportage photos d'Hortense Boutet, également animatrice de l'atelier

Corps ça vit

atelier de l'éctriture (écritriture et lectriture)

8 août 2018 / 10-13 H

parc communal de Corsavy

 

14 participants : 7 enfants-adolescents, 5 filles, 2 garçons, de 5 à 15 ans ; 7 adultes 4 F, 3 H ; plus 3 personnes venues écouter les consignes, 2 pour les lectures, 2 pour accompagner un enfant, 2 catalans de Vic

présentation du projet, en lien avec les livres existant sur Corsavy

présentation de l'atelier, texte sur intime-extime, séries de photographies en N et B sur les fenêtres et les étendoirs de Corsavy

fabrication du stock de mots

écriture des textes à partir du stock

pour les enfants, possibilité d'un dessin

étendage des textes

lecture des textes

beaux échanges, bonne ambiance

pour tout le monde, une belle initiative

" TON téléphone & tes applications, MON ordinateur & mes fichiers, NOTRE réfrigérateur plus ou moins vide, plus ou moins propre, plus ou moins rangé, SON lit à moitié défait, ... des espaces délimités, personnels, INtimes qui nous révèlent
parfois d’autres choses EXposent ... VOTRE beau 4x4 qui sent la cigarette froide quand j’y rentre, mais qui brille par son métallisé surtout le soir avec les lumières ... SON chariot, celui d’une voisine de la rue, que j’ai croisée l’autre jour au supermarché, son chariot
INdiscret que j’observe à la caisse du coin de l’œil, son chariot avec plus de bières & de rouge pas cher que de fruits & de farine pour faire un gâteau à ses petits enfants
INtérieur & EXtérieur ... une fenêtre dissimule ou EXpose, les rideaux choisis avec INtention font écran (parfois soulevés discrètement ou distraitement) plus ou moins opaques ... pour observer de l’INtérieur vers l’EXtérieur (parfois quand je photographie, l’habitant de la maison sort, dialogue) :
de l’EXtérieur vers l’INtérieur, là mon regard tente d’entrer sans succès, je reste dehors ... mais ailleurs je pénètre & imagine : cette silhouette au travers des grands pans de tissus légers
LEUR corde à lINge EXpose LEUR INtimité : dans mon village, les étendoirs sont publics
MES petites habitudes, TES sales manies, LEURS grandes manières ... j’EXplore l’INtime par l’EXtime (texte amorce de Hortense Boutet) "
accompagné de photos en NetB de fenêtres de Corsavy et de linge étendu sur les étendoirs publics prises par Hortense Boutet

 

Mots clefs : lien, imagination, écoute, coopération & CORPSçaVIT

 

Enjeux : L’environnement végétal, rural, social, culturel nous façonne, mais nous avons aussi un pouvoir sur lui. Créer, expérimenter, s’exprimer, dialoguer … pour cultiver son CORPS et son ESPRIT … ça VIT ici !

 

Objectifs : favoriser les échanges, initier des conversations autour d’écrits, partager & promouvoir la lecture, faire voyager les livres. Avec les plus jeunes, visée pédagogique : sensibilisation, compréhension, dédramatisation du rapport à la lecture & à l’écriture ludique.

 

Consignes atelier d’écritriture CORPSçaVIT 8 août18

 

Je construis mon stock de mots d’après le court texte, les images de fenêtres & de linge du diaporama (1/2h) :

  • je liste 20 mots sur 20 lignes, à gauche de ma page

  • avec les mots 1&2, je déduis le mot 21 en association d’idées, toujours en colonne à droite de la première & je descends ainsi jusqu’à 19&20 : j’ai 10 nouveaux mots numérotés de 21 à 30

  • avec les mots 21&22, je déduis le mot 31 en association d’idées sur une dernière colonne à gauche de ma feuille : j’ai 5 nouveaux mots numérotés de 31 à 35

 

Voici le schéma :

 

1

21

31

2

3

22

4

5

23

32

6

7

24

8

9

25

33

10

11

26

12

13

27

34

14

15

28

16

17

29

35

18

19

30

20

 

J’écritriture mon texte avec mes 35 mots (une heure maximum) qui tient sur une page pour une lectriture qui s’effectuera en cinq minutes (dessiner est aussi possible).

 

Voilà, c’est écritrituré, y a plus qu’à étendre, puis lectriturer tous ensemble …

 

Et pour les enfants : même processus en moitié moins de temps, avec 10 mots à gauche & seulement 2 colonnes pour 15 mots au total.

 

 

1 - texte accompagnant son dessin de paysage catalan

La Catalogne endormie

ce soir place à la nuit

balade étoilée

je ne m'en lasserai jamis

la mer est devinée

et le soleil éloigné

Louise, 15 ans

 

 

2 – Corps ça vit Corsavy

Village catalan. Toits rouges, façades de pierres, ruelles anciennes, portes de bois coloré.
Lavoir, sculpture, monument aux morts contribuent au patrimoine du village.
La nature nous entoure avec les collines verdoyantes au printemps, jaunes en automne, presque dénudées à Noël. Les jardins particuliers colorent le village tout l'été et fournissent fleurs, fruits et légumes. Symbole de vie pour Corps Ça Vit.

Le ciel aussi paraît vivant. Nuages blancs ou noirs, rapides ou immobiles. Vaste champs d'étoiles lumineuses la nuit et constellations brillantes.
Corsavy silencieux ou bruyant. Le soleil brille, l'eau coule.
La vie toujours.

Olivier

 

 

3 – Le village de Corsavy est très agréable pour visiter la tour avec sa bonne structure de pierre et où la vue est splendide.

De nombreuses balades sont à découvrir. On distingue parfois des oiseaux perchés sur des arbres.

Le clocher nous apporte de la bonne humeur avec beaucoup de générosité de la part des gens qui partagent la tradition.

Chez Françoise, le restaurant, la spécialité la truite aux amandes est excellente.

En vacances sur Corsavy, l'exposition de peinture est originale par ses couleurs qui nous inspirent.
Par temps de pluie, les champignons poussent dans la montagne.
Corps Ça Vit avec ce beau ciel bleu et le soleil qui brille en nous apportant la joie et le bonheur dans nos cœurs.

Céline

 

 

4 – Corps ça vit ou plutôt ma vie à Corsavy.
Une histoire d'amour avec le village, son histoire, son château, aujourd'hui disparu mais dont les pierres récupérées par les anciens racontent la vie des occupants des siècles passés, les lavoirs qui accueillaient nos mères pour blanchir le linge, certes, mais aussi pour narrer les « cancans » du village dans de grands éclats de rires. Enfin, je n'ai pas vécu cette époque mais je l'imagine.
Mon histoire personnelle qui m'a fait choisir Corsavy, un pique-nique au bord de la rivière à Léca dans les années 70, le bonheur éprouvée par ma fille devant l'âne qui s'était invité à notre table, la baignade et la fraîcheur ressentie lorsque le soleil disparut à l'horizon.

Le vert, cette couleur qui m'a fait défaut dans ma jeunesse, dans ce pays chaud dont je suis issu et où l'herbe verte avait une vie éphémère.
Ce sentiment de vide que l'on peut appeler la paix du cœur et de l'esprit lorque je remontais au village après une journée de travail.

L'accueil et l'amitié des Corsavinois avec lesquels j'entretiens des relations saines.

André

 

 

5 – Corsavy

Dans ces rulles toujours joyeuses nous pouvons entendre des rires d'enfants qui pénètrent lentement dans ce joli village endormi. Les rires redescendent les rues silencieuses, étouffés par la chaleur des premiers rayons de soleil. Les villageois sont toujours dans les bras de Morphée. Quelques-uns s'en détachent pour dire bonjour à la journée et d'autres ne sont pas prêts à la lâcher. Peu à peu, les rues silencieuses deviennent des rues animées. Les voix, les rires résonnent dans les longues rues peuplées d'habitants joy.

Rosaskia, 13 ans

 

 

6 - Village perché, Corsavy est par nature ouvert, lien entre sommets et vallées. Au-delà du tournant, on voit la mer.

Ancré en pays catalan, relié au Canigou et ses frères du Massif, le village nous invite aux joies de la randonnée, au voyage dans l'histoire vers les mines de fer de Batère, haut lieu familial où mes grands-aprents ont tenu la cantine des mineurs de 1910 à 1930.

Barri d'amunt, barri d'avall, parc communal, piscine, place, autant de lieux de rencontres, de fêtes, de réunions : Corps Ça Vit.

Mais parfois, plus récemment, déception, les soirs d'été ou lors des balades nocturnes, on ne croise plus personne. Où sont-ils ? Il y a tant de voitures garées, de la lumière aux fenêtres mais où sont les gens ?

Les padriss se sont vidés, les ures aussi, menace de Corps Sans Vie ?

Mais non, retrouvons-nous, parlons pour être mieux en corps, mieux encore, mieux ensemble.

Françoise

 

 

7 - Les mots

entre les règles

entre les mondes

entre les dimensions

Ces lignes fines qui pendent des branches d'arbres de la vie qui boit de l'eau de la rivière d'univers.

On peut trouver ça à Cortsavi

entre les gens

entre la nature et les humains

entre les histoires d'autrefois et de maintenant

entre la paix et la guerre

Theresia, Hollandaise

 

 

8 a - stock de mots :

bleus

verts couleurs à voir

bouleau

chêne robustesse la vue / l'oeil

hêtre

sapin hauteurs

cèpe

girolle spores / champignons sous-bois

cimetière

étendoirs trans/parents

cortal

mas Catalogne héritages

gîte

jardins refuge

sources

cosmos la vie niches

étoiles

tramontane voir le ciel

orages

THT électricité énergie

 

8 b – texte :

Corps ça vit

 

aie l'oeil

c'est ton œil qui voit

ou ne voit pas les bleus du ciel de Corsavy dégagé par la tramontane

n'existent que quand des paquets d'énergie, de matière – les photons – excitent la rétine de ton œil

alors ton cerveau transforme ces particules en lumière

tout ce que tu vois naît dans la boîte noire de ton crâne – les photons n'étant pas lumineux pendant leur long voyage depuis cette étoile moyenne qu'est le soleil

 

aie l'oeil

vois la robustesse des bouleaux et chênes de Catalogne

cherchant la lumière solaire pour leur photosynthèse

la vie à Corsavy trouve ce qu'il lui faut

la lumière, l'eau vive des sources

dans les sous-bois ça travaille au niveau des racines des hêtres des hauteurs

et surgissent cèpes et girolles

sous les sapins les roubellious

la vie a besoin de niches, de gîtes, de refuges

un corps ça vit

pour que ton corps vive pense à le nourrir naturellement

cultive ton jardin tes héritages

les trans/parents du cimetière ont livré leur livre d'éternité au cosmos

sur les étendoirs publics

se racontent les histoires intimes des vivants

 

aie l'oeil et l'ouïe

tu sauras transformer en énergie électromagnétique

les messages oraculaires et oculaires des orages

vis dans la paix du mas de Vilalte

contemple depuis le cortal le ciel étoilé

surgissent les filantes

messagères de cela seul qui existe

ici et maintenant

le présent

la présence

 

Jean-Claude

Lire la suite

De Gaulle 68, la révérence / Philippe Chuyen / José Lenzini

26 Juillet 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré, #théâtre

De Gaulle 68, la révérence aux Cahiers de l'Égaré et au festival d'Avignon 2018
De Gaulle 68, la révérence aux Cahiers de l'Égaré et au festival d'Avignon 2018
De Gaulle 68, la révérence aux Cahiers de l'Égaré et au festival d'Avignon 2018

De Gaulle 68, la révérence aux Cahiers de l'Égaré et au festival d'Avignon 2018

L’intimité avec lui, ce n’est pas de parler de lui, sujet tabou, mais de la France... Ou de la mort.

André Malraux - Les chênes qu’on abat...

La pièce De Gaulle 68, la révérence de Philippe Chuyen et José Lenzini est parue à temps pour le festival d'Avignon 2018 où elle est jouée à Présence Pasteur en alternance avec Les Pieds tanqués.

Les 3 derniers jours du mois de Mai 1968 furent le théâtre d’un bouleversement historique et politique qui reste encore méconnu. C’est un moment de trouble profond et d’incertitude, un point de bascule où gouvernement et chef de l’Etat, harassés par plusieurs semaines de crise intense et de nuits blanches, sont à bout prêts à craquer.

L’Amiral François Flohic, aide de camp et seul militaire à avoir accompagné le Général dans sa fuite secrète à Baden-Baden, a témoigné spécialement pour ce récit théâtral.

En sa compagnie nous allons suivre De Gaulle et découvrir comment le vieux chef, refusant la défaite, accomplira son dernier coup d’éclat ; conséquence ultime pour lui de l’affrontement de deux visions du monde appelées à s’éloigner inexorablement.

Tel le parcours tragique du « dernier Roi des Francs », cette pièce tente ainsi de poser les enjeux et les contradictions de la dernière convulsion révolutionnaire que la France ait connue.

Co-écrite en 2017 par Philippe Chuyen et José Lenzini la pièce a été créée par la Cie Artscénicum Théâtre, le 29 mai 2018 à l’Espace Comedia de Toulon dans une mise en scène de Philippe Chuyen.

Avec :

Blanche Bataille dans le rôle d’Yvonne de Gaulle, Philippe Chuyen dans le rôle de François Flohic jeune, François Cotrelle dans le rôle de Charles de Gaulle, Morgan Defendente dans le rôle de Daniel Cohn-Bendit, Thierry Paul dans les rôles du Général Massu et de Georges Pompidou.

Lire la suite

Nouveautés aux Cahiers de l'Égaré

16 Mai 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Tu pètes plus haut que ton cul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3 / Le théâtre de Yoland Simon
Tu pètes plus haut que ton cul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3 / Le théâtre de Yoland Simon
Tu pètes plus haut que ton cul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3 / Le théâtre de Yoland Simon

Tu pètes plus haut que ton cul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3 / Le théâtre de Yoland Simon

Tu pètes plus haut que ton cul, ma fille de Clémence est un récit de résilience, un récit, doux, bienveillant. Quelle énergie, quelle détermination il a fallu à Clémence, effondrée, massacrée par un tel jugement péremptoire, dégradant, humiliant, dévalorisant pour retrouver estime de soi, confiance en soi, dans les autres. Elle est aujourd'hui engagée dans un travail de soins bienveillants, au bénéfice d'autres souffrants.
Un récit qui peut parler à tout un chacun.

Théâtre de la Jeunesse #3

Ces quatre pièces de théatre ont été écrites durant l’année scolaire 2017-2018 par des élèves de trois classes de CM2 et d’une classe de 6e de La Seyne-sur-Mer.

Chacune est le résultat d’une écriture collective, d’une mise en commun, de choix débattus et négociés par les élèves.

Dans ce travail d’écriture, chacune des quatre classes a été accompagnée. Pendant douze heures, elle a béneficié de la présence dans la classe d’un(e) auteur(e) de théatre expérimenté(e), écrivant souvent ou parfois pour la jeunesse : Julie Aminthe, Fabien Arca, Catherine Benhamou, Catherine Verlaguet.

Un livre à lire, un livre à jouer.

La Parole buissonnière / Le théâtre de Yoland Simon est une balade dans le théâtre d'un auteur publié entre autres à L'Avant-Scène Théâtre, qui compte plus de 25 pièces dont Dialogues élémentaires, saynètes reprenant diverses figures de rhétorique pour montrer les bizarreries du langage, Dialogues fondamentaux, saynètes sur des questions philosophiques comme l'existence du mal, l'origine du monde, le sens de l'existence.
On doit ce livre à l'initiative de Marie Dauge-Guilbert et à la collaboration de Yoland Simon.

Un livre qui donne envie de lire du théâtre, un livre vif sur une écriture vivante qui donne et du plaisir et du grain à moudre à tout esprit soucieux de lui, des autres et du monde

Lire la suite

Du Jardin d'Eden et autres plaisirs / Christine Fabre

15 Mai 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #collection privée du capitaine, #cahiers de l'égaré

ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus
ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus
ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus
ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus
ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus
ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus

ben, parlons-en du poly-amour, ça vient de sortir et on n'est pas toutes d'accord là-dessus

La Collection privée du Capitaine – Théâtre – Nouvelles
164 pages

Du jardin d’Éden et autres plaisirs compose un ensemble d’histoires, de paroles et de situations, autour du thème de la relation amoureuse, la relation de couple, hétérosexuelle ou homosexuelle, mais aussi la relation amicale, ou encore, la relation familiale. Il s’agit d’un écrit plein d’humour et de bienveillance, par l’autrice et chanteuse Christine Fabre.

« À cette vie merveilleuse, riche et inépuisable » ; c’est par ces mots que Christine Fabre dédicace son livre. Et il n’est pas difficile de sentir à la lecture, comme l’ensemble des histoires et des paroles qui nous est donné, s’imprègne de cette phrase magnifique.

Originaire de Grenoble, Christine Fabre est une globe-trotteuse artistique, une amoureuse du monde et des gens qui le remplissent. C’est naturellement qu’elle en est venue à l’écrire et à le chanter. Elle crée et anime des Cafés Littéraires en Isère et en Haute-Savoie, ainsi que des soirées « Arts multiples » à La Maison de la Poésie Rhône-Alpes.

Avec Christine Fabre, il s’agit toujours d’une écriture joyeuse et généreuse, se déployant avant tout au sein de nouvelles ou de poésies. D’une écriture aussi se nourrissant du monde et du voyage, puisqu’elle réside notamment un temps à Mexico, puis en Nouvelle-Calédonie.

Christine Fabre est également passionnée de chant, et a sorti deux albums avec son groupe Idîles,  dont le dernier en date, Versatiles, est sorti en 2015.

Bonne lecture

Lire la suite

La rivière Golshifteh / Gérard Lépinois

15 Mai 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #collection privée du capitaine, #cahiers de l'égaré

quelques livres de Gérard Lépinois
quelques livres de Gérard Lépinois
quelques livres de Gérard Lépinois
quelques livres de Gérard Lépinois
quelques livres de Gérard Lépinois
quelques livres de Gérard Lépinois
quelques livres de Gérard Lépinois

quelques livres de Gérard Lépinois


La Collection privée du Capitaine – Poésie
106 pages

La rivière Golshifteh déploie un long poème en prose de l’auteur Gérard Lépinois. Poème inventif, malicieux et humaniste, qui prend en regard une femme, la peint et lui propose. 

La rivière Golshifteh est un hymne à la vie, une méditation sensuelle des regards qui s’éveillent et se nourrissent l’un, l’autre. On connaît la formidable actrice iranienne Golshifteh Farahani. Le poète a-t-il pensé à elle ?

Gérard Lépinois s’éloigne ici de ses précédentes écritures, axées au départ sur la dimension théâtrale, (Il faut que la neige fonde ou l'école imprévue – 2003), ou encore sur l’essai, (Fiction du capital – 2008), afin de déployer avec une puissance surprenante et touchante, cette poésie qui nous emporte, La rivière Golshifteh.

Les précédents ouvrages de Gérard Lépinois publiés aux Cahiers de l’Égaré sont toujours disponibles : Le hasard et la mort, 2011, L'argent (tel un divin néant pour une humanité ultime ?) 2011, Bricoles (journal d'une absence de bord), 2014

Bonne lecture

Lire la suite

Les Cahiers de l'Égaré 2017-2018

15 Mai 2018 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3
1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3

1907, bataille dans le midi de Philippe Chuyen/ Les Pieds tanquée, 7° tirage, de Philippe Chuyen/ Lili-Suzon de Danielle Vioux/ Vols de voix de É Say Salé/ L'Ultime scène de Moni Grego/ Le nouveau monde de Gilles Cailleau/ La Nature prisonnière de Bernard Plossu/ Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme/ Le livre des cendres d'Emmanuelle/ à paraître en mai De Gaulle 68/ Une tragédie américaine/ Le bord des falaises / Le théâtre de Yoland Simon / Tu pètes plus haut que toncul, ma fille / Théâtre de la Jeunesse #3

10 titres pour l'année 2017 :

- 1907/Bataille dans le midi de Philippe Chuyen

- Théâtre de la Jeunesse #2

- L'Ultime scène de Moni Grego

- Vols de voix de É Say Salé, farce pestilentielle sur la présidentielle 2017

- Le nouveau monde de Gilles Cailleau

- la 7° édition des Pieds tanqués de Phillipe Chuyen

- la 3° édition de Lili/Suzon de Danielle Vioux

- Le livre des cendres d'Emmanuelle de Jacques-Louis Rollet-Andriane

- La nature prisonnière, photos de Bernard Plossu, textes de Rudy Ricciotti et François Carrassan

- Le voyage d'Amadou de Michel Gendarme

 

au 1° semestre 2018 :

- Le bord des falaises / comment se relever de ses morts, livre pluriel 12 F, 12 H

- La parole buissonnière (le théâtre de Yoland Simon)

- Tu pètes plus haut que ton cul, ma fille / Clémence

- Théâtre de la Jeunesse #3

- De Gaulle 68, la révérence de Philippe Chuyen et José Lenzini

pour le 2° semestre 2018 :

- Fragments de l'amour de Yvon Quiniou

- Le passage du temps, livre pluriel centré sur une exposition de photos de Marc Israël-Le Pelletier

- Une tragédie américaine, trilogie sur la peine de mort de Marc-Israël Le Pelletier

Bien sûr, auteurs et lecteurs, vous avez compris

- que je n’accepte pas les manuscrits (pratique insolente);

- que mes choix dépendent de rencontres personnelles (pratique inqualifiable);

avec de telles pratiques (éditer le plus pertinent des impertinents, É Say Salé) on va à bons pas vers les 30 ans des Cahiers de l’Égaré;

ça se passera en deux temps: au Revest (investissement du village sur un week-end  du 12 au 14 octobre 2018)

et au Bateau Lavoir à Paris du 15 au 30 octobre 2018

Enfin, je signale que pas mal de titres existent en epub, téléchargeables sur le site des Cahiers de l'Égaré.

en filigrane sur le grand format de papier végétal d'Aïdée Bernard, un extrait du texte "Ma langue" de Moni Grego : Ma langue cogne, castagne, Elle traverse les mers, les murs,  Elle saute par-dessus les barrières, Se moque des tours de guet, des miradors, de la mort., Elle est obscène, magique, pleine, Elle est libre, elle court, elle ignore les frontières, Elle se marie, se mélange, Folle et cultivée. Elle mord et danse, articule et bredouille, chuchote et murmure. Elle bondit et court, se tord, dort, mouille, joue, rêve. Ma langue est bien pendue. (L'Ultime scène, pages 53-54)
en filigrane sur le grand format de papier végétal d'Aïdée Bernard, un extrait du texte "Ma langue" de Moni Grego : Ma langue cogne, castagne, Elle traverse les mers, les murs,  Elle saute par-dessus les barrières, Se moque des tours de guet, des miradors, de la mort., Elle est obscène, magique, pleine, Elle est libre, elle court, elle ignore les frontières, Elle se marie, se mélange, Folle et cultivée. Elle mord et danse, articule et bredouille, chuchote et murmure. Elle bondit et court, se tord, dort, mouille, joue, rêve. Ma langue est bien pendue. (L'Ultime scène, pages 53-54)

en filigrane sur le grand format de papier végétal d'Aïdée Bernard, un extrait du texte "Ma langue" de Moni Grego : Ma langue cogne, castagne, Elle traverse les mers, les murs, Elle saute par-dessus les barrières, Se moque des tours de guet, des miradors, de la mort., Elle est obscène, magique, pleine, Elle est libre, elle court, elle ignore les frontières, Elle se marie, se mélange, Folle et cultivée. Elle mord et danse, articule et bredouille, chuchote et murmure. Elle bondit et court, se tord, dort, mouille, joue, rêve. Ma langue est bien pendue. (L'Ultime scène, pages 53-54)

Écrivez, poètes dramatiques !
Faites claquer vos langues en tapages diurnes
En hourvaris nocturnes.
Sortez vos cahiers égarés
Jouez de votre langue savante, errante,
Sonore, proférée, emportée,
Ou silencieuse, quand elle semble avoir atteint le calme d’une rivière.
Draguant les mots qui font la phrase brûler, ou respirer, ou flotter,
Voyager, ou se faire la belle dans la boue.
Funambule de l’ordre et du désordre.
Acérée dans l’équilibre et le déséquilibre.
La tempête et la plage.
Votre langue comme un spectre de couleurs,
Vitrail de mots dont quelquefois le plomb qui les relie semble disparaître
Et laisser magiquement la lumière tenir dans ses soleils.

Toujours au bout d’elle-même qui se cherche
Comme la vague cherche le brise-lames
Comme l’instinct va au mot juste,
Ou à l’oubli désirant la mémoire.
Tranchante scandée,
Votre langue est sur le bout.
Votre langue lèche le sexe de la rue.
Ma langue suce le suc, la sueur, la salive de la rue.

Votre langue broute le gazon des prairies,
Elle nique le béton, baise le goudron.
Votre langue ne pense pas, elle chante, elle parle,
Sa lumière fuse, fissure, claque, dans les impulsions de son cœur,
Les battements de ses émois.
Votre langue cogne, castagne,

Elle traverse les mers, les murs,
Elle saute par-dessus les barrières,
Se moque des tours de guet, des miradors, de la mort.

Elle est obscène, magique, pleine,
Elle est libre, elle court, elle ignore les frontières,
Elle se marie, se mélange,
Folle et cultivée.
Elle mord et danse, articule et bredouille, chuchote et murmure.
Elle bondit, se tord, dort, mouille, joue, rêve.
Votre langue est bien pendue.
Elle roule des pelles aux papyrus,
Se saoule d’encre fraîche, confond le jour avec la nuit.

Elle nous prend par la main
Que ça nous plaise ou non.
Elle écrit et crie et rature et lit et se love en silence dans le fil infini des mots à retordre.
Elle gambade, animal,
Elle refuse, sauvage.
Elle donne, brûlante,
Elle tremble, aphone, s’éteint,
Elle vient de si loin et va on ne sait où,
Elle ose, dit et cache, veut et s’enfuit, fignole et salope,

Elle tient debout, s’embrouille.
Elle bégaye, hésite, a des trous, tombe dans ses trous, se trouble, se brise, se hérisse.
Éclate, explose.
Elle désire et s’en fout.
Elle combat et trompe.
Elle est pure et pas simple.
Drôle et menteuse,
Élégante, ordurière, dure, femelle.
Elle échappera toujours à tout contrôle,
Se rira de toute surveillance,

Crachera sur toute punition,

Piétinera toute réduction.
Elle est souveraine et démunie,

Riche et sans pouvoir.

Elle tient dans les bouches et les mains,
Résistante, créatrice face aux pires négations.
Elle dit « oui », « nous », « amour », sans peur.
Elle est art, ce nerf de l’amour
Elle aime l’amour qui est le goût des mots
Quelque horrible que soit leur sens.
Toujours douce, soyeuse.
Toujours alcoolisée, savoureuse,
Toujours joyeuse.
Éternellement menacée,
Vivante au-delà du vivant, survivante, légère, extrême,

Blottie dans le creux de nos riens,
Géante du devenir,
Elle est exquise, cosmique, galactique.
Votre langue est parole, théâtre,
Elle est notre avenir.
Mettez les chiens en défaut,
Rusez, bricolez, mettez le temps de votre côté
Et si vous parvenez à vos fins, à vos buts
Ricochez sur d’autres désirs
Soyez insatiables.
Imprenables
Il le faut.

Moni Grego dans L'Ultime scène (pages 53 à 55)

Lire la suite

Le voyage d'Amadou / Michel Gendarme

11 Décembre 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Le voyage d'Amadou / Michel Gendarme

Vient de paraître Le Voyage d'Amadou de Michel Gendarme

13,5 X 20,5 cm

64 pages

ISBN 978-2-35502-085-8

PVP 12 € + frais de port 3 € = 15 € par chèque à l'ordre

Les Cahiers de l'Égaré

669 route du Colombier

83200 Le Revest

Personnage :

Amadou, 21 ans, porte un Sweat à capuche

Résumé :

Amadou, jeune Malien issu de la pauvreté, de la brousse puis de la rue, vit de petits boulots, de nourritures et d’hébergements précaires. Baladé d’un tuteur exploiteur à un coach sincère, il se raccroche à ce qui l’aide à vivre, le football, qu’il pratique depuis l’enfance pour meubler ses longs moments d’oisiveté sans école. Repéré par quelques professionnels, aguerri par quelques matchs victorieux, il se fixe pour seul objectif de devenir joueur professionnel et pour cela de rejoindre l’Europe par tous les moyens. Pour lui, ce sera par la Libye via le désert avant de s’embarquer pour l’Italie. Longue épopée de deux années, risquée et dangereuse, mortelle pour beaucoup. Ce rêve sombre à quelques encablures de Tripoli lorsque le bateau sur lequel se sont entassés des centaines de malheureux coule et qu’Amadou est repêché in extrémis par les gardes côtes libyens. Une autre aventure commence alors pour lui, celle d’une renaissance, celle du retour au pays avec un combat acharné pour la reconnaissance de ses droits et de sa dignité d’homme.

Début de la pièce :

Amadou et quelques-uns de ses camarades sont amenés de force auprès du Ministre, à Bamako. Ils ont été arrêtés alors qu’ils manifestaient pour la xième fois afin d’obtenir le versement de l’indemnité promise il y a un an lors de leur rapatriement de la Libye au Mali.

Amadou s’adresse au Ministre puis il commence le récit de son périple et des causes qui l’ont poussé à l’entreprendre.

Chez le Ministre.

Tu me donnes la parole, Monsieur le Ministre, je la prends. Mes camarades ici présents me donnent la parole, je la prends. Monsieur le Ministre, ce que tu vas recevoir dans tes oreilles est sacré, ce sont les mots que nous avons rapportés de notre dangereux périple. Chacun ici pourra témoigner de leur véracité. Tu nous as faits venir, manu militari, oh pardon ! je m’aperçois que je te tutoie, je devrais dire vous, Monsieur le Ministre. Tu vois, vous voyez, tu vois, ici chacun de nous est un minuscule grain dans l’immensité. Mais un grain qui se lève, poussé par la colère, plus un autre grain et encore un autre, ça fait une tempête, Monsieur le Ministre, une tempête qui pourrait grésiller à tes oreilles. Alors écoute-là, Monsieur le Ministre, écoute le sable.

Amadou extrait de sa poche une poignée de sable qui s’écoule lentement.

À mots découverts, Paris (dir. Michel Cochet )
"... ce récit-là m’a convaincu, il est fiévreux, passionné, touchant, prenant et tendu comme un arc. J’ai vraiment été pris par cette histoire... Un témoignage brut, une parole simple et vraie, directe. Une écriture sans fioriture, sans commentaires, remarquable de concision et de netteté, fourmillant par ailleurs d’une infinité de petits détails pris sur le vif qui nous rend l’histoire remarquablement proche et familière..."

Lire la suite

La nature prisonnière/Bernard Plossu/François Carrassan/Rudy Ricciotti

11 Décembre 2017 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

signature du livre le 16 décembre de 10 à 12 H 30 librairie Charlemagne, avenue des Îles d'Or à Hyères
signature du livre le 16 décembre de 10 à 12 H 30 librairie Charlemagne, avenue des Îles d'Or à Hyères

signature du livre le 16 décembre de 10 à 12 H 30 librairie Charlemagne, avenue des Îles d'Or à Hyères

Le livre de quelques photos de Bernard Plossu sur l'espace urbain des années 70, années où furent "inventés" (hihi) les espaces verts, photos précédées de deux essais, l'un de François Carrassan (La vie en vert), l'autre de Rudy Ricciotti (Tenir éveillé le paysage) et accompagnées de répliques entre les duettistes, est paru le 25 octobre 2017 aux Cahiers de l'Égaré, pour mes 77 ans. Il a pour titre La nature prisonnière, titre parodique quand on voit avec quelle ingéniosité la nature vivace se moque des bétons les plus durs. Les villes seront mortes, les zones commerciales seront désertes et les petites herbes, les mauvaises herbes, les jolies petites fleurs se régaleront de pousser dans ces lieux où il n'y aura plus d'humains. Livre optimiste donc, qu'on peut commander  en librairie et sur les sites de vente en ligne.
Une signature aura lieu le samedi 16 décembre de 10 à 12 h 30 à la Librairie Charlemagne, avenue des Iles d'Or à Hyères en présence du trio caustique.

Extraits :

Tragiques et prophètes n’imaginaient pas tout le tragique humain et cosmique qui aurait pu être signifié un jour par un tronc d’arbre abattu à la scie électrique sur ordre d’un adjoint au maire d’une commune, pour faire place à des automobiles.
Guido Ceronetti, Ce n’est pas l’homme qui boit le thé mais le thé qui boit l’homme, 1991.
 

Certain jeune homme, que j’ai connu, avait un jour décidé de vivre dans un monde vert : c’est qu’il avait appris, au Centre d’Information de la Couleur, que la couleur verte donne la paix et l’espoir.
Jean Paulhan, Lettre à un jeune partisan, 1956.

 

Au début de ma carrière, sudiste convaincu, je frappais d’anathème le régionalisme immobilier. J’imaginais des opérations coup de poing contre la prolifération des tuiles typiques, devenue en Méditerranée une allégorie de la colonisation des esprits. Vous habitez en Provence, vous habiterez avec des tuiles provençales et en supporterez toute votre vie !
Je suis même passé à l’acte, contre le permis de construire qu’un architecte des bâtiments de France (ABF) avait validé, pour la rénovation de la station-service de l’architecte Fernand Pouillon, à La Seyne-sur-Mer : le remplacement des voûtes en brique de la structure originelle par des tuiles ! 

Rudy Ricciotti.

Caractéristiques du livre:

format 15 X 17,5 fermé à la française,

88 pages, 24 photos légendées (date et lieu) de Bernard Plossu;

papier intérieur Gardapat 13 Kiara 135 g pour un bon rendu des photos

couverture en deux couleurs sur Rives sensation tradition blanc naturel 270 g

bref, un bel objet, sobre

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>