Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Articles récents

Des étoiles et des ellipses/Lionel Parrini

7 Juin 2015 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Des étoiles et des ellipses/Lionel Parrini

Est paru, le 19 mai, le jour anniversaire de son auteur, (eh oui, on a ce genre d'attentions aux Cahiers de l'Égaré, parce qu'on aime les auteurs et les personnes qui sont sous l'habit), Des étoiles et des ellipses de Lionel Parrini, une écriture-rivière avec ses rythmes, ses débits, ses étiages, ses étirements, ses impétuosités, poèmes à incarner, écrits par un homme-rivière.

Là, la métaphore résiste un peu plus, on s'y attarde. Un homme-rivière, attends voir, ça évoque quoi, déjà le contraire de l'apparence, l'homme c'est du solide, enfin souvent fragile, se croit fort et c'est un faible, se croit amoureux, généreux et c'est un égoïste; je parle en général, pas de Lionel bien sûr. L'homme-rivière, homme liquide, sensible car la rivière tient compte pour s'écouler de tous les accidents de terrain rencontrés, parfois les balaie. Bon, continuez le travil, lecteurs.
Publié par Les Cahiers de l'Égaré, un des derniers titres à paraître. Il y en aura 3 après celui-ci d'ici décembre 2015.
112 pages, 13,5 X 20,5, 12 €

ISBN 978-2-35502-054-4

Des étoiles et des ellipses/Lionel Parrini
Lire la suite

Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis

28 Mars 2015 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré, #EAT (Écrivains Associés du Théâtre)

Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis

Le livre Cervantes-Shakespeare, cadavres exquis, a été livré au sud du sud par un camion aléatoire conduit par un pilote automatique non soumis au stress ni victime d'un burnout.

Il a été stocké dans un garage réfrigéré pour bonne et longue conservation car toute oeuvre veut durer, ne pas connaître l'épreuve du pilon suite à une distribution-diffusion déficiente.

Les 408 pages des 500 exemplaires imprimés pour la postérité ne seront pas marchandisées en librairie ni salonisées au Salon du Livre à Paris.

L'équation ne peut être : pas d'auteurs, pas de livres comme le prétend un slogan rétréci. Car les livres pullulent. Donc les auteurs de ces livres.

Dans une librairie, j'ai la nausée devant cette abondance d'objets présentés comme des livres, dont certains sont les coups de coeur des vendeurs de la librairie, brrr....

Lecteur, je sais ce que je veux, j'ai choisi avant d'entrer et aucune découverte de fouine ne me tente. Trop peu de temps à consacrer à la lecture de distraction d'ouvrages formatés. La lecture pour se construire, se déconstruire, oui. Pour passer un moment même palpitant, non.

L'équation serait plutôt : sans auteur écrivant par nécessité vitale (au sens de Rilke, de Pessoa ... écrivant parce qu'agité par un séisme intérieur et non en suivant un scénario, en construisant des personnages, en travaillant situation et suspense) et se moquant par suite d'être publié, pas d'oeuvre ayant une minuscule chance d'être impérissable.

Toute marchandise est périssable. Un livre en librairie a une durée de vie éphémère raccourcie encore par la mise au pilon ; cette menace du pilon menaçant toute édition n'a aucune chance de menacer l'improbable immortalité de l'oeuvre trouvée par hasard dans la malle abandonnée d'un auteur qui ne se croyait pas tel, inconnu voire anonyme.

44 auteurs mortels (20 F, 24 H), français, espagnols, mexicains, cubains, canadiens, néo-zélandais, indépendantistes ont travaillé pendant 15 mois pour écrire 47 cadavres exquis immortels sur les deux figures quantiques que sont Cervantes et Shakespeare.

Et selon un principe posé dès le début des projets pluriels (Envies de Méditerranée, Marilyn après tout, Diderot pour tout savoir) tous les textes proposés par les auteurs volontaires sont retenus ; aucune censure; aucun rejet.

On ne pouvait mieux rendre hommage à ces deux écrivains qu'en les restituant dans leur insaisissable mystère.

Il va de soi qu'il sera très difficile de se procurer l'ouvrage.

Il sera toutefois communiqué au pape Py car le Sha sans Cer de Schrödinger est l'hôte privilégié de la cité des Papous (c'est tout à fait exceptionnel car en principe, je ne sers pas ce genre de personnages, je suis athée). On espère que Py en fera bon usage. Si à l'été 2016, les 2 cadavres exquis sont célébrés dans la cité des papes, cela voudra dire que le pape Py a pyqué l'idée.

En tout cas, la ville d'Hyères va célébrer les deux cadavres exquis en avril 2016.

Il faudra pour tomber sur le Sha sans Cer de Schrödinger, autant de persévérance que celle manifestée par les chercheurs du squelette de Cervantes ou de celui du roi Richard III.

On pourra avoir la chance de tomber dans quelques décennies sur un exemplaire du livre, soumis à la critique rongeuse comme ce fut le cas pour un first-folio des oeuvres de sir William, trouvé inopinément dans la bibliothèque municipale de Saint-Omer, le 23 avril 2015 (je suis un peu en avance pour cette révélation).

Les textes devaient être livrés le 31 décembre 2014 après un appel à textes début janvier 2014, ouvert pendant une semaine.

Quel ne fut pas mon étonnement de découvrir par la bande que Fernando Arrabal livra le 31 décembre 2014, le texte d'une pièce inédite, Pinguinas, inspirée par le 2° livre du Don Quichotte, qui sera créée le 23 april 2015 dans un théâtre de Madrid.

Et coïncidence encore plus surprenante, le Théâtre de l'exil créera le 23 avril 2015, une pièce d'Alain Cadéo, Les Réveillés de l'ombre (Quichotte et Sancho revenus d'entre les morts) au Palace, rue des déportés, à Malataterre, la bourgade au plus fort score FN aux élections démocratiques départementales françaises.

Enfin, pour vous décourager définitivement de comprendre ce qui se déroule dans le monde, sachez que Juan Goytisolo recevra le 23 april 2015, les 125000 € du prix Cervantes 2014,

dans une bourgade de la Mancha dont il ne peut pas se rappeler le nom.

La date du 25 avril 2015 s'annonce particulièrement riche en disparitions, réapparitions, épaississements de mystères, dévoilement d'énigmes.

Jean-Claude Grosse, le 1° avril 2015

Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis
Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis
Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis
Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis
Cervantes-Shakespeare/Cadavres exquis
Lire la suite

Battements d'ailes / Elsa Solal-Dominique Loiseau

15 Février 2015 , Rédigé par grossel

Battements d'ailes en vitrine à la librairie Vents d'Ouest à Nantes et au pré vert à Saint-Nazaire
Battements d'ailes en vitrine à la librairie Vents d'Ouest à Nantes et au pré vert à Saint-Nazaire

Battements d'ailes en vitrine à la librairie Vents d'Ouest à Nantes et au pré vert à Saint-Nazaire

BATTEMENTS D’AILES

Clichés
Féminins/Masculins aujourd’hui

Elsa Solal - Dominique Loiseau
Préface de Michelle Perrot

Les Cahiers de l'Égaré

ISBN : 978-2-35502-053-7 - 13,5 X 20,5, 144 pages, 13 e

Il est plus facile de désintégrer un atome que de briser un préjugé, écrivait Albert Einstein. Comment désintégrer un préjugé, une idée reçue sur le rôle d’un homme ou d’une femme ?

C’est justement la question que pose ce texte comme un voyage au pays des stéréotypes sexués ordinaires, une mine inépuisable... Comment la désamorcer? C’est ce que tentent les personnages du roman-théâtre d’Elsa Solal. Après le grand succès de son texte Olympe de Gouges, elle tresse, entre humour et blessure, intimité et désirs secrets, leur combat: Ils et elles s’entraînent, s’entraident pour résister à ce piège millénaire du sexisme.
Dominique Loiseau part des témoignages recueillis, en relève les expressions, les signes inaperçus, les marques qui forgent nos représentations. Elle en analyse les risques, en démonte les mécanismes. Elle nous propose des pistes, incluant les contradictions de l’humain, pour dépasser ce qui reste figé dans le quotidien. De la fiction à la réalité, les paroles entendues, les situations suscitent un véritable élan tonique pour sortir de ce labyrinthe!

Elsa Texier Solal enseigne à l’Université de la Sorbonne Nouvelle, Censier Paris III. Elle a écrit pour France Culture, a travaillé les différentes formes d’écritures : roman, scénarios. Auteure Dramatique, une vingtaine de pièces sont mises en scène et créées en France et à l’étranger. Elle est l’invitée de l’Université de Georgetown à Washington. Elle écrit autour des figures de femmes: Celle qui venait d’ailleurs à partir d’Hannah Arendt, Olympe de Gouges et L’Autre Guerre sur la violence. Elle travaille sur la mémoire vive de femmes de toutes origines, considérées dans leur rapport à la citoyenneté. Depuis plusieurs années,elle mène un travail sur les stéréotypes sociaux de sexe comme une grille de lecture possible des écritures théâtrales et littéraires.

Historienne et sociologue, chercheuse associée au laboratoire Espaces et Sociétés, (Le Mans, GREGUM-CNRS UMR 6590), Dominique Loiseau axe ses recherches sur les pratiques et les représentations du travail et du militantisme des femmes depuis le xixe siècle, tout en assurant parallèlement conférences ou sessions de formation, dans un objectif de transmission. Elle a notamment publié : Femmes et Militantismes et Marre d’être sages, textes vagabonds à partir de photographies sur le mouvement ouvrier et les femmes.

Battements d'ailes a été présenté dans plusieurs librairies, à Nantes, à Saint-Nazaire, à Paris

On a pu voir Battements d'ailes sur scène, 2 fois au Lieu Unique à Nantes et 2 fois à la Maison des métallos, à Paris.
Succès à ce livre.
Lecture sera faite à Présence Pasteur le 10 juillet 2015 à 10 H 15

Battements d'ailes / Elsa Solal-Dominique Loiseau
Lire la suite

L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto/J.C.Grosse

5 Décembre 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

après 13 années de quel travail, L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto est sorti, 4 ans jour pour jour après une entrée à l'hôpital où l'épousée restera jusqu'au 29 novembre 2010, date d'achevé d'imprimer de son livre d'éternité, l'achevé d'imprimer du livre étant daté du 29 novembre 2014
13 années à se coltiner avec événements douloureux et écriture de la douleur (et de l'apaisement):
le temps là est essentiel comme dit un lieu commun, le temps qui guérirait toutes les blessures (guérit vraiment ?)
encore faut-il qu'il passe et fasse son oeuvre,
qu'on fasse nous aussi un certain travail (de deuil dit-on, formule inadéquate d'après moi),
que des choses remontent, se dévoilent
à les chercher, on ne les trouve pas;
classique: la vérité qui crève les yeux et qu'on ne voit pas
elles s'offrent éventuellement un jour, un matin, surprise d'un réveil (par exemple, la dernière réplique, dimanche 12 octobre ou la scène des évidences du Temps, vendredi 14 février)
tirage (200 exemplaires)
il n'y aura pas de retirage,
aucun service de presse
il ne sera pas déclaré à Electre pour Livres hebdo,
il ira à la BN en dépôt légal à 1 exemplaire
il ne sera présenté à aucune fête ou foire ou salon du livre
le livre ne sera pas mis en librairie
je n'aime pas libraires (et leurs coups de coeur), bibliothécaires et tout le système autour de quelques livres
la profusion éditoriale m'étouffe, je ne sais plus choisir
tant pis pour mon diffuseur, Soleils
le livre vivra sa courte vie de livre, sans béquilles
il ne vous reste qu'à souscrire éventuellement

L’Éternité d’une seconde

Bleu Giotto

de Jean-Claude Grosse

La jeune fille de 16 ans veut arriver là où ça prendra fin avec des bras remplis de riens ; nous sommes en 1964.

Le vieil homme de 88 ans veut arriver là où ça prendra fin avec des bras remplis de rien ; nous sommes en 2028.

La petite fille remarque : pépé, mamie a écrit riens avec s ; pourquoi t'enlèves l's ?

Que s'est-il passé durant ces 64 ans ?

Deux drames et le dévoilement des évidences du temps :

- le Temps du Tout, infini, emboîte et engendre notre temps, fini; chaque seconde d'une vie passe, nevermore, mais il sera toujours vrai que cette seconde a eu lieu, forever. Le temps passe et rien ne s’efface. Que devient l’ineffaçable passé ? Y a-t-il un monde de nos vérités éternelles ?

- nos façons de vivre les événements de nos vies semblent marquées par nos commencements (elle, écrit dans son cahier d'amour des effluves de caresses), nos étonnements (lui, compte les secondes de leur histoire), ce qui nous arrive, nous attend, par hasard, par choix, ce qui nous atteint, nous blesse au plus intime du corps, de l'âme, quand tout bascule, au Baïkal, à Cuba, si loin de chez nous.

Des rivages d’appartenances aux ravages des différences, deux histoires d’éternité, d’une seconde Bleu Giotto.

L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto (les évidences du temps)

Personnages : 3 H, 2 F, de 16 à 88 ans, voix off

Thème : le deuil et le temps

Genre : drame et apaisement

1964, une jeune fille et un jeune homme se retrouvent dans une isba au Baïkal pour deux saisons de cavale en cabane. Promesse : s'épouser au jour le jour jusqu'à ce que ça fasse toujours.

37 ans après, en 2001, une mère et un père apprennent 8 jours après (le blanc du temps), la disparition brutale de leur fils dans un accident de la route à Cuba, au lieu-dit le Triangle de la mort. Le Répondeur n'a pas répondu à leurs questions. Il n'y a pas de nom pour désigner les parents perdant un enfant. Ce sont des sans-noms. Le père ne veut pas que ce soit des sans-voix. Il écrit un drame sans fin. La mère n'arrive pas à quitter le lieu de l'accident et à oublier l'instant-camion (l'abolition du temps) surgissant en plein instant-navire. Elle veut voir la réalité de l'accident en face, veut abolir le temps, remplir le blanc du temps. Le père fait ce qu'il peut pour accompagner la mère à exprimer son vécu

Avant sa disparition foudroyante, au retour d'un dernier voyage à Cuba, l'épousée prend conscience des évidences du temps.

En 2028, âgé de 88 ans, l'épousé préparant son dernier voyage au Baïkal, médite : sur l'écoulement du temps en écoutant le ta dak ta dak des roues du train sur les rails, sur l'éternité d'une seconde Bleu Giotto.

Livre en souscription :

12 € frais de port compris par chèque à l'ordre des Cahiers de l'Égaré, 669 route du Colombier 83200 Le Revest

48 pages, 13,5 X 20,5 ; ISBN : 978-2-35502-050-6

Le vieil homme (en 2028) :

C'est au Baïkal que je me sens au plus près des évidences du Temps.

Le contraire de ce que j'ai pensé trop longtemps,

non

la mort de tout,

le refroidissement éternel, l'oubli perpétuel,

le Jamais Plus, Plus jamais, nevermore

mais

tout coule, chaque seconde passe,

se métamorphosant en éternité

d'une seconde Bleu Giotto, forever

Ce texte est à lire à voix haute, à 2, sans préparation, durée : 1 H maxi

Sous le titre Tourmente à Cuba, ce texte (sans le début et la fin, qui se déroulent au Baïkal) a été retenu par le comité de lecture des EAT pour le répertoire des Écrivains associés du théâtre en avril 2014.

Des lectures en ont été faites à Lyon, Le Revest-les-Eaux (4), Paris, Avignon, Saorge (le 19 octobre). Une lecture est programmée à Forges-les-Eaux. D'autres lectures seront organisées.

L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto/J.C.Grosse
L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto/J.C.Grosse
L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto/J.C.Grosse
L'Éternité d'une seconde Bleu Giotto/J.C.Grosse
Lire la suite

Catalogue 2014 des Cahiers de l'Égaré

6 Octobre 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Les Cahiers de l'Égaré sont distribués par Soleils, 23 rue de Fleurus, 75006 Paris.

Les libraires doivent s'adresser à Soleils pour satisfaire les demandes de leurs clients.

Sont parus en 2014

Tania's Paradise de Gilles Cailleau et Tania Sheflan,

en français, anglais, hébreu

suivi de Journal de voyages en Israël

Solo pour contorsionniste de proximité

Une écriture de pavés et de poupées

ISBN 978-2-35502-047-6

72 pages, 20,5 X 20,5, 20 €, photos couleurs

Bricoles, Journal d'une absence de bord

de Gérard Lépinois

Plus je relis ce manuscrit (en effet, c’est encore avec mes doigts que je t’ai tapée, ô mule !), plus je sens l’intérêt d’une lecture hasardée, et même hasardante, de ses fragments. Aucun classement ne vaut de frotter des bouts de soi au hasard du sens,
soit en tous sens et aucun qui soit définitivement majeur, donc mineur ; et pas pour s’inonder de non-sens, mais dans l’espoir d’étincelles inattendues de sens. Chérie, tout en morceaux à composer sans fin, ne suis-je pas au faîte de ma mignonnerie de garçon boucher ?
Le hasardant crée du hasard : non seulement il nous délivre un peu de la détermination et de la liberté comme faculté de choisir entre des prédéterminés (et prédéterminants) ou presque, mais il semble plus proche de ce que nous sommes (et pourquoi pas heureusement ?) comme impossibilité d’être, de prendre en un être nommable, en un entier pré-cadavérisé, en un garçon boucher condamné à n’être que dans la viande, ou un concepteur si subjectivement titré qu’il en devient très con du cep.
Chérie, lâche-moi plus que la grappe, car entre la mise de mon slip propre du matin (je suis un respectable garçon boucher) et la lecture qui suit du vieil Emmanuel (seins et clitoris rigoureusement ravalés de l’autre ?), vient s’intercaler maintenant une tranche de bon marché gruyère sans goût, que j’apprécie sans l’aimer parce qu’il me rappelle l’expérience cruciale de la fondue marchande, notre bible. G.L.

ISBN 978-2-35502-046-9

374 pages, 16,5 X 24, 30 €

Mon Bosphore à moi de Izzeddin Çalislar

bilingue turc-français

traduit du turc en français par Sedef Ecer et Georges Perpès

Quand Istanbul inspire la passion d’en créer une autre.

« Mon Bosphore à moi » a été écrit au printemps 2014 en résidence d’écriture à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti, grâce à une bourse du Centre National du Livre et l’aide de la DRAC PACA.
Le texte a fait l’objet d’une lecture publique le 17 mai 2014 à la Villa Tamaris - Centre d’art dans le cadre du Festival Scènes Grand Écran initié par le Centre National du éâtre en partenariat avec le éâtre Liberté.

La pièce est inspirée de la vie d'un officier de la marine française et homme d'entreprise qui fit fortune en Turquie, Blaise Jean Marius Michel (1819, Sanary - 1907, La Seyne-sur-Mer).
Appuyé par Napoléon III, Michel est nommé, en 1855, directeur des phares et balises par le sultan Abdul-Medjid : il dirige la construction de cent onze phares sur les côtes de l'Empire ottoman, de la mer Noire à la Méditerranée. En échange, il obtient du sultan un pourcentage sur les droits de navigation dans ces eaux. En 1879, il obtient une nouvelle concession, celle des quais des ports d’Istanbul. Revenu en France riche et avec le titre de "pacha", séduit par la ressemblance du site avec le Bosphore, il achète à la Seyne-sur-Mer soixante hectares de terrain et crée à Tamaris un des premiers lieux de villégiature de la Côte d'Azur. Il y fait bâtir un grand hôtel, des casinos, des dizaines de villas, un bureau des postes, une chapelle… Il lance une compagnie maritime assurant le transport entre Toulon et La Seyne. Deux de ses bateaux à vapeur ont pour nom Istanbul et Bosphore...

Fiction basée sur des documents historiques, Hususi Boğaziçi / Mon Bosphore à moi est une comédie burlesque franco-turque à cinq personnages. L'action se situe dans la première décennie du XXème siècle, non loin du Bosphore... Outre les Français Marius Pacha, Napoléon III et sa femme l'impératrice Eugénie, on pourra y découvrir deux personnages du théâtre traditionnel turc ( Orta Oyunu ), les populaires et farceurs duettistes Kavouklou et Pishékar.

ISBN 978-2-35502-048-3

136 pages, 13,5 X 20,5, 10 €

À Gabrielle Russier/Anne Riebel

ISBN 978-2-35502-049-0

64 pages, 13,5 X 20,5, 14 € frais de port compris

Le 1° septembre 2014 est paru un témoignage fort d'une élève de Gabrielle Russier, Anne Riebel. Soit 45 ans après son suicide à Marseille, le 1° septembre 1969.

Un an d'enseignement, un an dans le cercle de poésie et d'amitié de Gabrielle Russier.
Anne Riebel a gardé jusqu'à ce jour, les lettres et petits mots de Gabrielle Russier pendant cette année d'utopie qui l'a marquée à vie.
15 lettres entre le 15 juin 1968 et juin 1969, deux textes inédits de Gabrielle Russier, une carte postale, deux petits mots (des conseils écrits de sa main), voilà le trésor offert aujourd'hui par une élève devenue femme, 46 ans après la rencontre, après toi, le reste de ma vie.

Ce témoignage réussit en quelques pages à nous restituer un contexte et à mesurer la traque dont non seulement Gabrielle Russier a été victime mais aussi les jeunes qui étaient attirés par son enseignement et sa manière d'être avec eux comme jeunes et pas seulement comme élèves.

L'édition de ce livre aux Cahiers de l'Égaré doit beaucoup au précédent livre que nous lui avions consacré, Gabrielle Russier/Antigone, paru le 1° septembre 2009 pour le 40° anniversaire de sa disparition. Un an avant, les 3 et 4 décembre 2008, 7 écrivains s'étaient retrouvés à la bagagerie du Lycée du Golf Hôtel à Hyères. Ce furent deux journées riches.

Le livre édité, offert aux enfants de Gabrielle (sa fille était entrée en contact avec moi) est aujourd'hui épuisé mais il a cheminé.

Le 10 février 2014 à 23 H 35, je recevais ce message par le formulaire de mon blog :

Bonsoir, je suis la petite-fille de Gabrielle Russier, j'aimerais savoir si vous l'aviez connu.

Bien à vous,

je répondais le 12 février à 19 H 15, s'ensuivirent quelques autres messages avec cette jeune fille de 18 ans qui allait passer son bac.

Et le 26 mars 2014, je reçois un mail par le formulaire de mon blog, Anne Riebel me propose de lire son témoignage. J'accepte et devant l'indéniable intérêt et émotion de ce document, partagé avec deux autres lectrices, j'en décide la publication.

J'ai pris conscience en faisant ce travail éditorial d'une coïncidence comme je les aime : Gabrielle est une valentine (14 février 1937), la mouette à tête rouge, Annie, qui fut mon élève en 1964, 4 ans avant l'affaire, mais dans le nord, fut aussi une valentine (14 février 1948).

Déjà le 24 janvier, j'avais reçu un mail étonnant :

Bonjour,

Mon nom est Jocelyne Hermann Salley issue de l'école des Beaux Arts de Troyes; j'ai abordé la peinture en 1990; aujourd'hui je vis de ma peinture

en 2006 j'ai eu entre mes mains complètement pas "hasard"le livre Beverly trouvé sur les quais à Paris

Le plus étonnant lorsque j'ai découvert les peintures de Michel Bories je travaillais à cette époque les mêmes couleurs.

Je voulais juste vous en parler, ce livre m'a donné confiance en moi encore maintenant dans les moments de doutes

merci de m'avoir lu

bien cordialement

JHS

Beverly est un roman écrit par Cyril Grosse avec le peintre Michel Bories, entre 1992 et 1994 dans le cadre d'un projet Défi-Jeunes, Ulysse à Hollywood. Il avait 21 ans. Le roman est suivi d'Un carnet d'Hermann Salley, écrit par Michel Bories, Hermann Salley étant un peintre, peut-être faussaire, inventé par Cyril Grosse. Page 18, ligne 5 de ce roman, le narrateur écrit cette phrase: À peine seize ans, impatient d'en avoir trente et un. Cyril Grosse est mort accidentellement à Cuba entre 30 et 31 ans. Michel Bories est décédé le même jour dans le même accident ainsi que deux Cubaines, une mère et sa fille, le 19 septembre 2001 à 16 H au carrefour surnommé le Triangle de la mort à Jaguey-Grande. Le 19 septembre 2001, à l'heure française de l'accident, je dégueulais tripes et boyaux. Ce n'est qu'après coup que j'ai fait le rapprochement.

Pour évoquer ces coïncidences, je suis assez tenté par l'hypothèse de l'holomouvement posée par David Bohm dans La plénitude de l'univers, l'univers comme hologramme conservant toutes les informations et en créant sans cesse des nouvelles; hypothèse que je formule ainsi, nous concernant: tout instant que je vis, passe, never more mais rien ne peut faire que ce que j'ai vécu n'ait pas eu lieu, donc il est vrai éternellement que j'ai écrit ce message, ce jour à 14 H 30, for ever; c'est un des thèmes abordés dans ma pièce L'éternité d'une seconde bleu Giotto, inédite.

Dernière coïncidence, TNT m'a livré les livres le 11 août à 11 h 55. Et c'est le 11 août 2014, à approximativement 11h 55 dit la police que Robin Williams s'est suicidé, délivré à 63 ans, Robin Williams, le professeur du Cercle des poètes disparus. Anne Riebel donne à son livre ce sous-titre : À Gabrielle Russier. Dans son cercle de poésie et d'amitié.

Ceux qui sont intéressés par le livre d'Anne Riebel doivent le commander aux Cahiers de l'Égaré, 669 route du Colombier, 83200 Le Revest, 14 €, frais de port compris, par chèque à l'ordre des Cahiers de l'Égaré. Le livre ne sera pas disponible en librairie.

Jean-Claude Grosse, directeur des Cahiers de l'Égaré

Catalogue 2014 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2014 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2014 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2014 des Cahiers de l'Égaré
Lire la suite

À Gabrielle Russier/Anne Riebel

1 Septembre 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Le 1° septembre 2014 paraît un témoignage fort d'une élève de Gabrielle Russier, Anne Riebel. Soit 45 ans après son suicide à Marseille, le 1° septembre 1969.

Un an d'enseignement, un an dans le cercle de poésie et d'amitié de Gabrielle Russier.
Anne Riebel a gardé jusqu'à ce jour, les lettres et petits mots de Gabrielle Russier pendant cette année d'utopie qui l'a marquée à vie.
15 lettres entre le 15 juin 1968 et juin 1969, deux textes inédits de Gabrielle Russier, une carte postale, deux petits mots (des conseils écrits de sa main), voilà le trésor offert aujourd'hui par une élève devenue femme, 46 ans après la rencontre, après toi, le reste de ma vie.

Ce témoignage réussit en quelques pages à nous restituer un contexte et à mesurer la traque dont non seulement Gabrielle Russier a été victime mais aussi les jeunes qui étaient attirés par son enseignement et sa manière d'être avec eux comme jeunes et pas seulement comme élèves.

L'édition de ce livre aux Cahiers de l'Égaré doit beaucoup au précédent livre que nous lui avions consacré, Gabrielle Russier/Antigone, paru le 1° septembre 2009 pour le 40° anniversaire de sa disparition. Un an avant, les 3 et 4 décembre 2008, 7 écrivains s'étaient retrouvés à la bagagerie du Lycée du Golf Hôtel à Hyères. Ce furent deux journées riches.

Le livre édité, offert aux enfants de Gabrielle (sa fille était entrée en contact avec moi) est aujourd'hui épuisé mais il a cheminé.

Le 10 février 2014 à 23 H 35, je recevais ce message par le formulaire de mon blog :

Bonsoir, je suis la petite-fille de Gabrielle Russier, j'aimerais savoir si vous l'aviez connu.

Bien à vous,

je répondais le 12 février à 19 H 15, s'ensuivirent quelques autres messages avec cette jeune fille de 18 ans qui allait passer son bac.

Et le 26 mars 2014, je reçois un mail par le formulaire de mon blog, Anne Riebel me propose de lire son témoignage. J'accepte et devant l'indéniable intérêt et émotion de ce document, partagé avec deux autres lectrices, j'en décide la publication.

J'ai pris conscience en faisant ce travail éditorial d'une coïncidence comme je les aime : Gabrielle est une valentine (14 février 1937), la mouette à tête rouge, Annie, qui fut mon élève en 1964, 4 ans avant l'affaire, mais dans le nord, fut aussi une valentine (14 février 1948).

Déjà le 24 janvier, j'avais reçu un mail étonnant :

Bonjour,

Mon nom est Jocelyne Hermann Salley issue de l'école des Beaux Arts de Troyes; j'ai abordé la peinture en 1990; aujourd'hui je vis de ma peinture

en 2006 j'ai eu entre mes mains complètement pas "hasard"le livre Beverly trouvé sur les quais à Paris

Le plus étonnant lorsque j'ai découvert les peintures de Michel Bories je travaillais à cette époque les mêmes couleurs.

Je voulais juste vous en parler, ce livre m'a donné confiance en moi encore maintenant dans les moments de doutes

merci de m'avoir lu

bien cordialement

JHS

Beverly est un roman écrit par Cyril Grosse avec le peintre Michel Bories, entre 1992 et 1994 dans le cadre d'un projet Défi-Jeunes, Ulysse à Hollywood. Il avait 21 ans. Le roman est suivi d'Un carnet d'Hermann Salley, écrit par Michel Bories, Hermann Salley étant un peintre, peut-être faussaire, inventé par Cyril Grosse. Page 18, ligne 5 de ce roman, le narrateur écrit cette phrase: À peine seize ans, impatient d'en avoir trente et un. Cyril Grosse est mort accidentellement à Cuba entre 30 et 31 ans. Michel Bories est décédé le même jour dans le même accident ainsi que deux Cubaines, une mère et sa fille, le 19 septembre 2001 à 16 H au carrefour surnommé le Triangle de la mort à Jaguey-Grande. Le 19 septembre 2001, à l'heure française de l'accident, je dégueulais tripes et boyaux. Ce n'est qu'après coup que j'ai fait le rapprochement.

Pour évoquer ces coïncidences, je suis assez tenté par l'hypothèse de l'holomouvement posée par David Bohm dans La plénitude de l'univers, l'univers comme hologramme conservant toutes les informations et en créant sans cesse des nouvelles; hypothèse que je formule ainsi, nous concernant: tout instant que je vis, passe, never more mais rien ne peut faire que ce que j'ai vécu n'ait pas eu lieu, donc il est vrai éternellement que j'ai écrit ce message, ce jour à 14 H 30, for ever; c'est un des thèmes abordés dans ma pièce L'éternité d'une seconde bleu Giotto, inédite.

Dernière coïncidence, TNT m'a livré les livres le 11 août à 11 h 55. Et c'est le 11 août 2014, à approximativement 11h 55 dit la police que Robin Williams s'est suicidé, délivré à 63 ans, Robin Williams, le professeur du Cercle des poètes disparus. Anne Riebel donne à son livre ce sous-titre : À Gabrielle Russier. Dans son cercle de poésie et d'amitié.

Ceux qui sont intéressés par le livre d'Anne Riebel doivent le commander aux Cahiers de l'Égaré, 669 route du Colombier, 83200 Le Revest, 14 €, frais de port compris, par chèque à l'ordre des Cahiers de l'Égaré. Le livre ne sera pas disponible en librairie.

Jean-Claude Grosse, directeur des Cahiers de l'Égaré

À Gabrielle Russier/Anne Riebel
Lire la suite

L'éternité d'une seconde bleu Giotto

22 Juillet 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #pour toujours

du papier créé aux mots déposés

bonjour,

voici un reportage photos sur un stage de papier de 5 jours du 16 au 20 juillet à Puisserguier, dans l'atelier d'Aïdée Bernard qui a participé au projet Marilyn après tout avec la subway dress que nous exposerons au Bateau-Lavoir à Paris en octobre 2015

nous étions 5 ça commence avec la cueillette (roseaux, lierre ce jour-là), en passant par la cuisson (une nuit pour séparer lignine et cellulose, avec soude caustique d'où le masque à gaz, les gants) et apprentissage de diverses techniques à partir des celluloses diverses disponibles en cuves ou dans des coupelles j'ai réalisé un carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto, de la conception à la réalisation; j'ai même pilé la gomme à mêler au bleu que j'ai choisi, indigo ou bleu Giotto en fin de reportage, un très beau travail d'une stagiaire, inspiré de la jupe de correspondance d'A.B. qui a voyagé jusqu'en Chine, pièce achetée par la médiathèque d'Albi

après 2 jours en Avignon, du 13 au soir au 15 fin de journée, un tel stage fut un bonheur, accompagné de questionnaires, 4 par jour, matériau fabuleux d'écritures à venir les questionnaires d'A.B. sont très habilement conçus et nourrissent le travail photo aussi d'un travail de 5 mètres d'A.B. sur un de mes poèmes, Dans le sillage de Baïkala, pièce achetée par la bibliothèque Méjanes d'Aix-en-provence

le 19 juillet au soir, Aïdée et Stéphane lirent sans préparation Tourmente à Cuba, justesse de ton, belle lecture

après le stage, j'initiai le groupe aux toasts; celui à l'amour qui lie, relie fut apprécié comme celui sur le grain, le pain, le papier ou celui sur le ciel et la terre; exercez-vous, quel exercice comme les anagrammes renversants d'Étienne Klein que j'ai pu lire

en ce qui concerne Avignon la journée du 15 juillet avec Alexandra Badéa et Marina Damestoy fut riche pour ceux qui surent en profiter la soirée Diderot à l'espace Alya du 13 juillet fut réussie à Présence Pasteur, belle proposition de circulation dans et entre les textes sur Diderot par Gilles Desnots, le 11 juillet c'est cette forme qui sera reprise au Théâtre Denis à Hyères, le 11 décembre 2014 à 19 H il y aura aussi une soirée Marilyn toujours au Théâtre Denis, le 10 mars 2015 à 19 H

je vous souhaite une belle fin d'été JCG

L'éternité d'une seconde bleu Giotto

Pour Annie

Katia

et Rosalie

Une seconde

pour d'un mouvement continu

plonger verticalement tamis et couverte

dans la cuve aux celluloses de pailles d'orge

en suspension dispersion

remonter horizontalement pour saisie aléatoire

de ce qui va devenir ta feuille de papier

avec son filigrane

ROUGE BELLE

Une seconde de ton temps qui passe

never more

une seconde qui laisse traces

souvenir et matière s'effaçant

Une seconde éternelle

for ever

il sera toujours vrai que dans cette seconde

tu as réalisé ton hommage éphémère

à la BELLE ROUGE

Pour toi

l'éternité de cette seconde

est écrite en bleu Giotto

Jean-Claude Grosse

Puisserguier

atelier d'Aïdée Bernard

samedi 19 juillet 2014

11 H 00' 01''

les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto
les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto

les différentes étapes qui ont conduit à mon carton d'artiste, L'éternité d'une seconde bleu Giotto

Lire la suite

Catalogue 2013 des Cahiers de l'Égaré

10 Mai 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Les Cahiers de l'Égaré sont distribués par Soleils, 23 rue de Fleurus, 75006 Paris.

Les libraires doivent s'adresser à Soleils pour satisfaire les demandes de leurs clients.

Sont parus en 2013

Le souffle et le docteur de Jean Reboul

Synopsis
Femme infertile, invite le docteur dans un univers de rêve et de poésie. Monde du silence, monde inconnu où s’exprime dans des paroles secrètes la vie au commencement. Un Maître, avec son instrument de musique, une trompette, transmet à un enfant la dimension énigmatique de l’origine. Celle du Souffle qui fait jaillir la vie. La transmission est aussi résonance intime qui habite l’enfant devenu médecin et conduit son destin. L’histoire du Docteur rencontre, dans son expérience, celle d’une jeune fille blessée. Comme dans un miroir où la singularité de chacun les conduit, de leur place, à la rencontre du désir, et de nouveau le souffle lieu de toute création.

ISBN 978-2-35502-040-7

88 pages, 18 X 18, 18 €

T'es qui toi ? T'es d'où ? de Gilles Desnots

Présentation
Moi, fils d'immigré, je me heurte à la question lancinante des identités plurielles qui font le quotidien de mon vécu. J'entre alors dans un grand voyage intérieur où se télescopent souvenirs d'enfance, mythologies, scènes de vie, rencontres avec la mer Méditerranée ou d'autres êtres. Je comprends peu à peu qu'ils sont tous comme moi, des "nomades intérieurs" dont la mémoire plonge dans des images, des odeurs, des histoires, des racines, composées et recomposées sans cesse à partir de rivages multiples.


Extrait

Un oignon

Son bulbe doré lui fait comme un palais

Sommeille un temps

Viennent des envies

S’allège

dépose l’une après l’autre toutes ses peaux pelures

s’effeuille

se libère

oignon dessus

homme au dedans

La preuve ?

Il raconte des histoires

Il y avait dans la ville de Bagdad un homme qui

Il y avait dans la ville de Marseille un homme dont

Il y avait n’importe où des hommes et des oignons

des hommes dans les oignons.

ISBN 978-2-35502-041-4

48 pages, 13,5 X 20,5, 10€

Diderot pour tout savoir (35 auteurs, 16 F, 19 H)

P { margin-bottom: 0.21cm; }

Diderot pour tout savoir est un projet à l'initiative des Cahiers de l'Égaré, des 4 Saisons d’ailleurs, des Écrivains associés du théâtre (filiales Méditerranée, Atlantique, Nord-Pas de Calais).

35 écrivains se confrontent à la diversité et modernité des écritures de Diderot avec des textes de 1000 mots. Ils se demandent en quoi il éclaire ou peut éclairer notre monde, notre temps, nos mœurs, nos aigreurs, nos peurs, nos récentes percées scientifiques, nos vieilles spéculations métaphysiques.

Comme lui ou contre lui ou toute autre attitude, posture en rapport à lui, ils s'essaient à des voies nouvelles. Ils font commentaire, diversion, digression, mettent en abyme, réfutent, confrontent, se démarquent, se mettent en jeu.

Avec Diderot, ils ouvrent quelques portes sur des thèmes nouveaux saisis dans des écritures innovantes.

ISBN 978-2-35502-042-1

176 pages, 13,5 X 20,5, 18 €

Homo Botticelli suivi de La Rose de Roger Lombardot

Dix ans après La Rose, Roger Lombardot revient sur les peintures de la grotte Chauvet Pont-d’Arc, connues pour être les plus anciennes de l’Humanité, et nous plonge dans une saisissante aventure de l’esprit.
«– Je vous le répète: pour percevoir la dimension sublime de l’œuvre, il faut avoir conscience d’évoluer à l’intérieur d’elle... reconnaître qu’on se trouve là où l’humain a donné chair à la pensée... se sentir irrigué par les peintures, leur essence, leur quintessence... »

ISBN 978-2-35502-043-8

72 pages 13,5 X 20,5, 10 €

Jouer avec le temps 1995-2008 de François Carrassan

En 1995 le maire de la ville d’Hyères, Léopold Ritondale (1921-2008), m’a demandé d’être «son» adjoint à la Culture. Il connaissait ma famille et en
savait l’ancienneté locale. J’avais eu auparavant une action associative où il avait pu repérer mon esprit d’indépendance et mon franc-parler. Cela devait lui plaire. Mais je n’avais jamais prévu de dévier ainsi de la philosophie que j’enseignais alors. J’ai quand même accepté.
Les propos qui suivent sont issus de cette expérience qui m’a fait éprouver, à Hyères et au-delà, ce que devient généralement la culture dans les parages du pouvoir: la variable aléatoire d’un calcul politique. J’en ai gardé une vision sombre du pouvoir. J’en ai conclu à l’improbabilité de la culture. Car leur accord, quand je l’ai vécu, ne tenait qu’à une rencontre passagère.
Mais je pense toujours que «c’est la nuit, comme dit Edmond Rostand, qu’il est beau de croire à la lumière ». F.C.

Ce petit livre au format 12X17, de 72 pages, raconte les 12 années de François Carrassan comme adjoint à la culture de la ville d'Hyères, le maire étant Léopold Ritondale.

Le livre est composé de fragments de trois sortes, anecdotes et réalisations culturelles de cette période, réflexions philosophiques sur la nature du pouvoir politique en général, considérations sur les rapports entre politique et culture. On sort de cette lecture convaincu que quand ça marche entre politique et culture, c'est un fait rare, dû à une rencontre, des opportunités, une chance. Convaincu aussi que le pouvoir des maires est le plus souvent exorbitant, que rares sont ceux qui ont la sagesse et le recul pour ne pas se laisser manger par le clientélisme, le populisme, l'électoralisme.

Un petit livre, utile à tout le monde, gens de culture, artistes, gens de pouvoir, gogos.

JCG, éditeur des Cahiers de l'Égaré

ISBN 978-2-35502-045-2

72 pages, 12 X 17, 8€

Catalogue 2013 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2013 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2013 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2013 des Cahiers de l'Égaré
Catalogue 2013 des Cahiers de l'Égaré
Lire la suite

Catalogue 2012 des Cahiers de l'Égaré

9 Mai 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Parutions 2012

 

L'Île aux mouettes

de Jean-Claude Grosse

13,5 X 20,5 - 248 pages

ISBN 978-2-35502-032-2

15 euros frais de port compris

à l'ordre des Cahiers de l'Égaré

669 route du Colombier

83200 Le Revest

 

couv L'île aux mouetttes

 

L’Île aux mouettes est un récit dramatique et un texte pluriel :
écrits intimes, poésie, théâtre, essais, méditations …
Personnages : 16, 9F/7H
des amoureux, des parents, des enfants, des passionnés de théâtre …
Thèmes : la vie, l'amour, F/H, la transmission, le partage, les incompréhensions,
les conflits intimes et relationnels,
les différentiels culturels, l'art du théâtre,
la mort …
Lieux :
le Baïkal, la Méditerranée, la grotte Chauvet, Cergy-Pontoise, Corsavy, l’hôpital …
 
L’île aux mouettes est un récit dramatique articulé autour de deux personnages, la mère (l’épousée), le père (l’épousé), confrontés à la disparition brutale du fils, metteur en scène, répétant La Forêt d’Ostrovski au Baïkal (9 personnages sont mis en situation pour ce module). Quelle mémoire gardent-ils du fils ? Quels effets dévastateurs sur eux et les autres personnages, la sœur, Baïkala, l’amoureuse du fils ? … L’eau, les mouettes à tête rouge, les rites chamaniques sont des éléments vivants de ce récit composé de modules aux écritures plurielles (écrits intimes, poèmes, monologues, dialogues, méditations, essais, jeu), agençables selon les parti pris de lecture ou de mise en scène.
 

 

 

Celle qui venait d'ailleurs

Elsa Solal

ISBN : 978-2-35502-036-0

  13,5 X 20,5 - 44 pages 

10 euros

 

SOLAL---couv.JPG

 

En 1923 Hannah Arendt a vingt ans, elle tombe amoureuse de son professeur de philosophie Martin Heidegger : « le monde n’est plus tien ou mien il est devenu... nôtre. » lui écrira-t-il. Ils entretiennent une liaison malgré le mariage de Heidegger. Un amour passionné autant qu’intellectuel les anime tous deux. En 1928, Hannah Arendt part. Ils s’écriront durant toute leur vie avec un long silence pendant la période de la guerre.
En 1950 Hannah revient à Fribourg, après 20 ans d’absence. Entre-temps, il y a eu le nazisme, la guerre, les camps d’extermination. Martin Heidegger a pris sa carte au parti nazi. Hannah Arendt est devenue l’une des pensées les plus importantes du siècle, notamment avec ses écrits sur les origines du totalitarisme.
Comment peuvent-ils se retrouver après 20 ans ? Elle, juive et persécutée et lui le grand philosophe qui marqua la pensée occidentale, membre du parti nazi. Elle revient vers lui, bien décidée à briser le silence sur sa collaboration.
J’ai voulu imaginer les retrouvailles de ces deux amants, amis, philosophes. Hannah une question en tête, lui un désir... Ou est- ce l’inverse ?


E.S.    

Elsa Solal, comme dans son précédent livre Olympe de Gouges, s’empare d’un moment historique et politique décisif à travers l’intimité des personnages et de leurs désirs secrets. Elle tresse avec virtuosité entre ces deux grandes figures du siècle, un dialogue amoureux et philosophique.

 

 

L'Esclafier

de Lysane Letécheyre

13,5 X 20,5 - 112 pages
 

ISBN 978-2-35502-035-3

  15 euros 

 

ce roman est composé de moments: moments Joséphine Baker, moments Karl, moments Elvire Popesco, moments Escalles, moments Joseph Delteil, petit moment Makoko, moment Onassis, les moments menuiserie

les titres révèlent assez que la vie pour Lysane Letécheyre est une symphonie ou un tableau de moments où les arbres occupent une place essentielle par tout ce qu'ils recèlent de vie, de symboles ...

l'écriture donne du plaisir; il y a une légèreté conquérante chez Lysane Letécheyre

JCG

 

LISANE---COUVERTURE.JPG

 

 

Baladintime

de Gilles Desnots

13,5 X 20,5 - 98 pages 

15 euros

ISBN 978-2-35502-031-5

 

BALADINTIME - couverture

 

Marilyn après tout

36 auteurs

13,5 X 20,5 - 184 pages

ISBN 978-2-35502-033-9

20 euros frais de port compris

à l'ordre des

Cahiers de l'Égaré

669 route du Colombier

83200 Le Revest

 

 

COUV MARILYN 2 COUL.-DOS 12 2 Layout

 

MMM

(moi Marilyn Monroe)

de Bagheera Poulin 

anglais-français

13,5 X 20,5, 128 pages

ISBN 978-2-35502-034-6

16 euros

MMM-couv.jpeg

 

L’incertaine apparence de l’île de Port-Cros

couv-JCG-copie-1.jpg
de François Carrassan

39 photos de Bernard Plossu

en procédé Fresson

16,5 X 23, 5 - 106 pages

ISBN 978-2-35502-038-4

20 euros

La petite île de Port-Cros aura connu une histoire chaotique, parfois pleine de bruit et de fureur, en parfaite contradiction avec le Parc national qu’elle est devenue voici 50 ans.
Elle aura aiguisé des appétits guerriers, industriels et agricoles, touristiques aussi, qui auraient dû la ravager pour toujours. Rétrospectivement, rien ne paraîtra donc jamais plus improbable que son avenir en cœur de parc.
Mais quelques amoureux de la beauté, de la poésie et du silence eurent raison des logiques dominantes et le rendirent possible. Elle reste aujourd’hui à l’écart de la Côte d’Azur.
Les photos de Bernard Plossu, en tirage Fresson, loin du bruit et des apparences, révèlent la gravité de sa lumière.
 
François Carrassan


Les Pieds tanqués

quand les mémoires s'entrechoquent

de Philippe Chuyen

(2° édition en 2013)
 

13,5 X 20,5 - 72 pages

ISBN 978-2-35502-039-1

10 euros


une pièce en 13 points à jouer sur un terrain de boules


PERSONNAGES PAR ORDRE D’APPARITION
Le Musicien
Le Provençal, Loule
L’Arabe, Yaya
Le Pied-Noir,  Zé
Le Parisien, Monsieur Blanc
 
La pièce a obtenu le Prix du Centenaire Jean Vilar
au Festival Off d’Avignon 2012
décerné par le Jury Tournesol,
et le label Marseille-Provence 2013,
Capitale Européenne de la Culture.
 
 
Ce livre a bénéficié d’une résidence d’écriture
à la bibliothèque de théâtre Armand Gatti
à La Seyne-sur-Mer

couv-LES-PIEDS-TANQUES-copie-1.JPG

Baïkal's Bocal

 

BAIKAL BOCAL-couverture

 

16,5 X 24 - 264 pages

ISBN 978-2-35502-028-5

textes français et russes

nombreuses photos

thème dominant: l'eau, une goutte d'eau et le Baïkal

  35 euros, frais de port compris à l'ordre

Les Cahiers de l'Égaré

669 route du Colombier

83200 Le Revest

 

 

Il s’agit dans ce projet de confronter deux approches d’un même espace, d’un même territoire, par ceux qui y vivent depuis toujours, par ceux qui le découvrent pour la première fois. La distance, la différence de langues, de cultures, autant d’éléments à prendre en compte par les uns et les autres pour une production commune nourrie de ces différences.

 

Baïkal en 2010 avec des auteurs français et russes, des comédiens et metteurs en scène des deux pays pendant 16 jours au bord du Baïkal, du 28 juillet au 18 août 2010.

La pluralité culturelle a donné lieu à la production de textes aux registres très différents, fantastiques et psychologiques pour les Russes, politiques pour les Français.

 

Méditerranée en 2011 avec des auteurs français et russes, des comédiens et metteurs en scène des deux pays pendant 16 jours en septembre 2011 au bord de la Méditerranée.

Ce bocal retour a été annulé suite au refus de la municipalité d'Hyères de soutenir ce projet retour.

 

 

 

Lire la suite

Catalogue 2010-2011 des Cahiers de l'Égaré

8 Mai 2014 , Rédigé par grossel Publié dans #cahiers de l'égaré

Parutions 2011

 

Obscur à soi

de Franck Gache

16,5 X 24 - 96 pages

ISBN 978-2-35502-023-0

épuisé

 

couv-OBSCUR A SOI

 

Avec Marcel Conche

ouvrage coordonné par Yvon Quiniou

29 contributions

16,5 X 24 - 176 pages

ISBN 978-2-35502-024-7

22 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
669 route du Colombier
83200 Le Revest

 

couv Avec Marcel Conche-ss trait cpe

 

Le hasard et la mort

de Gérard Lépinois

16,5 X 24 - 200 pages

ISBN 978-2-35502-025-4

25 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
669 route du Colombier
83200 Le Revest

 

  couverture LE HASARD ET LA MORT

 

L'argent

de Gérard Lépinois

16,5 X 24 - 106 pages

ISBN 978-2-35502-026-1

20 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
669 route du Colombier
83200 Le Revest

 


couverture-L ARGENT

 

 

Il n'y a pas d'autre monde

de François Carrassan

13, 5 X 18, 5 - 132 pages

ISBN 978-2-35502-027-8

20 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
669 route du Colombier
83200 Le Revest

 

COUV-CARRASSAN-DOS-8-8.JPG

 

Gilles et Bérénice

d'après Bérénice de Racine

de Gilles Cailleau 

13,5 X 18,5 - 96 pages

ISBN 978-2-35502-029-2

  17 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
669 route du Colombier
83200 Le Revest

 

 

couv-GILLES-BERENICE-complet-copie-1.JPG

 

Vous qui lisez ne me regardez pas

de Gilles Cailleau

13,5 X 18,5 - 398 pages

ISBN 978-2-35502-030-8   

25 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
669 route du Colombier
83200 Le Revest

 

COUVERTURE-vous-qui--lisez--JPG 

 

Parutions 2010

 

Les Enfants du Baïkal
de Jean-Claude Grosse
16,5 X 24 - 110 pages
ISBN 978-2-35502-020-9
20 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
épuisé

1-couverture-les-enfants-du-baikal.JPG

Le silence d'Émilie
Journal Étrange VI
de Marcel Conche
13,5 X 20,5 - 80 pages
ISBN 978-2-35502-019-3
édition hors commerce
exclusivement chez l'éditeur
20 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré
Prix des Charmettes, J.J. Rousseau, 2011

COUV le silence emilie

Envies de Méditerranée
collectif de 27 auteurs
13,5 X 20,5 - 128 pages
ISBN 978-2-35502-021-6
20 euros franco de port
à l'ordre des Cahiers de l'Égaré

http://img.over-blog.com/500x369/0/24/68/44/images-blog/couv-EdeM.JPG

 

Fantaisies Culinaires Sucrées
 
de Roger Lombardot

photographies de Jacques Moncomble
21 X 21 - 72 pages
ISBN 978-2-35502-016-2
20 euros

Un livre
à savourer de l'oeil qui peut se rincer, de la papille qui ne manquera pas de saliver, de l'ouïe qui appréciera les jeux de mots et l'humour.


COUV-4.jpg
FANTAISIES couverture
 

On ira voir la mer

de Gilles Desnots et Katia Ponomareva

14,5 X 20,5 - 92 pages

ISBN 978-2-35502-017-9

10 euros

 

couv.recto-web.JPG
couv.verso-web

 

 
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>