Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Duel des rives/J.C.Grosse

Duel des rives/J.C.Grosse

DUEL DES RIVES
 

L’aède
Rivages indéfinis c’est le sel de toute mer
Iniques ceux qui s’en affirment propriétaires
Odyssée des partants pour ne pas périr
Naufrage des damnés enchaînés au bastingage
Danse démente des survivants sur les rives barbelées
Érigeant en territoire leur débarcadère emmuré
Insouciants des occupants depuis si longtemps
Peu soucieux de faire place aux nouveaux arrivants

L’historien de la longue durée
Ainsi est née l’histoire de la Méditerranée
dérive de continents
migrations durables installations éphémères
croisades croissades
conquêtes défaites
colonisations indépendances
embrassades baisers de Judas
temples et ruines
grandeur et décadence

L’homme de caractère visionnaire
La Méditerranée peut-elle nourrir nos envies de paix ?
Nous, Méditerranéens, pourrons-nous sortir du piège de l’amour du prochain ?
Nos haines et nos peurs en miroir sont-elles solubles dans la Mare Nostrum ?

La Méditerranée
Les vagues inlassablement achoppent.
Quelles rives ?
Rives Nord ?
Rives Sud ?
Dois-je choisir entre leurs envies de Méditerranée ?

L’homme du commun ou le chœur des rives Nord
de la Méditerranée
Font chier ces arabes des rives sud
ça allal
ça baise
ça chôme
ça glande
ça pullule
ça terrorise
ça verlan
Veulent pas s’intégrer
sont pas discrets
Sont trop arrogants
manieurs de mots à l’envers
égorgeurs aux couteaux en travers
pour exposition d’yeux implorants
pour rites sanglants
sur les marches de la casbah
Viennent piquer notre boulot
jouer au gros lot
s’hospitaliser sur notre dos
Agressent nos vieilles
violent nos filles
rackettent nos enfants
droguent nos adolescents
Font la nique à nos flics
Ont mis dehors nos Pieds-Noirs débarqués à Toulon
réduits aux extrêmes de Port-Vendres à Menton
ayant le sens du Travail
de la Famille
de la Patrie
sachant éduquer leurs enfants
pas comme eux
qui savent même pas tenir leur portée
brûleurs d’autos
voleurs de bourses
insulteurs de nos valeurs
Ont mis dehors nos braves paras
partis là-bas
exploser les fellagas
dans les mechtas
baisés par l’Algérie Française
sortie du képi gaullien
Faut les virer !
Hop ! sur des bateaux
à faire chavirer au milieu des flots !
Nous chez nous
Eux chez eux

La Méditerranée
Mes vagues baignent les rives vagues
sans préférence pour l’une ou l’autre.
L’abolition de la question
est-elle abolition de la violence
de la souffrance ?

L’homme du commun ou le choeur des rives Sud
de la Méditerranée
Font chier ces oublieux des rives nord
Sont venus par bateaux
depuis Toulon
colons curés et soldats
nous ont évangélisés
colonisés
ont pris nos terres
nous ont enrôlés
pour leurs sales guerres
pour nous remercier
nous ont bombardés
massacrés
Sétif Mostaganem Constantine
nous ont baisés avec l’Algérie Française
sortie du képi gaullien
De Dunkerque à Tamanrasset
ça a donné
un dé roule
harkis d’un côté
fellagas de l’autre
Oh ! grand malheur ! la danse macabre
des cadavres d’Algériens tués par des Algériens
nous ont embauchés à la chaîne pour Renault Peugeot Citroën
fait trimer dans leurs entreprises de travaux publics
nous ont parqués dans des barres d’immeubles collectifs
érigés par nos mains à la périphérie de leurs villes
nous ont fait payer chèrement notre indépendance
revendiquée dès 1917
arrachée en 1962 à Évian
de 800.000 à 1.500.000 morts
liquidés électrisés noyés égorgés
émasculés lapidés brûlés fusillés
Nos tortionnaires étaient nos officiers d’hier
quand nous faisions vos sales guerres mondiales
Nous torturaient aussi vos engagés vos appelés
embarqués à Toulon
gentils petits gars du contingent
venus des quatre points cardinaux
du pays qui nous fait envie
Faut pas que vous reveniez
en touristes déguisés
néocolonuisant déjà Maroc et Tunisie
Hop! dans des avions
à faire exploser au-dessus des flots !
Nous chez nous
Vous chez vous

La Méditerranée
Par Gibraltar arriveront
bientôt
hautes eaux de l’Arctique.
Hautes eaux de l’Antarctique
se mélangeront
à mes eaux usées.
Sous mes eaux régénérées
envies malsaines
politiques vaines.
Sous mes eaux régénérées
ports de guerre et villes saintes.
Sur mes rives assainies
des envies de dialogue.
Dans vos miroirs intimes
convoquez l’exemple grec,
l’héritage d’Al-Andalus !
Souvenez-vous
d’Athènes
de Cordoue !

L’historien de la longue durée
Le capitalisme est vieille histoire d’usure.
Usuriers et profiteurs mettent en mouvement les sociétés
qui autrement s’immobiliseraient dans l’acquis.
Le capitalisme est forme indépassable,
nature humaine oblige.
Duel des rives est dans la nature des choses.
L’Éphésien déjà le disait :
La guerre est père de toutes choses.

L’homme de caractère visionnaire
Vision à courte vue de l’historien de la longue durée.
Rien n’est immuable sous le soleil,
même la guerre,
même le soleil.
Il n’y a que des épisodes guerriers
comme il n’y a que des épisodes orageux ;
il n’y a pas un état permanent de guerre
pas d’orage en continu.
Le dialogue des rives suppose
le respect de trois valeurs universelles :
Liberté, Égalité, Fraternité.

L’aède
Ô Méditerranée tragique
je n’aime
ni tes rivages
ni tes sillages
ni tes mirages
Phantasma
Néréides
Océanides
Moires et Muses
Sirènes
Hyméropa Parthénopé
d’Anthémoessa
Érinyes et Harpies
Silènes et Satyres
Sibylles
Magiciennes
Circé d’Aeaea
Calypso d’Ogygie
Bacchantes
Corybantes
Trop c’est trop
Trop de cultes
à Cybèle
Trop de mystères
d’Éleusis
Trop de rites thyiadiques
à Bromios
Je ne sais plus où donner
d’Éros
d’Athéna
de Perséphone
d’Ariane
Ô Méditerranée comique
tu es si creuse
sous tes masques
remue-ménage répétitif
remue-méninges réitératif
Avant d’être déchiré
Penthée par Agavé
d’être égaré
Ulysse par Poséidon
je passerai l’étroit détroit
notre affaire est de passer
passer en traçant des chemins
chemins sur la mer
rien que sillages sur la mer
Je serai le nouvel homme
du Nouveau Monde en vue
homme d’Atlantique
océan ouvert
berceau d’aucune civilisation de malédictions
Ô Amériques de nos rêves !
nous,
délocalisés, déracinés,
errants, migrants,
exilés, expropriés !
Ô nos Amériques !
sans bornes !
sans clôtures !
sans péché originel !
sans jugement dernier !

L’Éphésien
Étant nés, ils veulent vivre et subir leur destin de mort,
ou plutôt trouver le repos,
et ils laissent après eux des enfants,
destins de mort à naître (fragment 20)

Il y a pour les éveillés
un monde unique et commun
mais chacun des endormis
se détourne dans un monde particulier (fragment 89)

 

Jean-Claude Grosse (2010)

Partager cette page

Repost 0