Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Ultime amour/Serge Rezvani

11 Avril 2012 , Rédigé par grossel Publié dans #notes de lecture

ULTIME AMOUR de Serge REZVANI

Les Belles Lettres, janvier 2012

 

Les Belles Lettres sont devenues l'éditeur du survivant renaissant Serge Rezvani, rescapé par réenchantement avec Marie-Merveille de la fin de vie terrible de son épousée de chaque jour pendant 50 ans, Danièle-Lula.

Ultime amour raconte certains aspects de cette histoire (l'essentiel est dans L'Éclipse). J'ai noté trois registres dans ce récit, avec ses retours, ses temporalités différentes :

  • ce qui concerne Danièle, ses soignantes, avec des portraits au vitriol ; deux types de rapports entre les aides et l'absente (la laisser à ses renoncements, la prendre en mains, la soumettre, la conditionner, l'humaniser, la réhumaniser par l'humiliation ; Rezvani est dans une position paradoxale, n'aimant aucune des deux attitudes, renonçant à faire face, impuissant à faire face tant à Danièle qu'à ses aides, favorisant ainsi son dépouillement par des prédateurs de plus en plus voraces) ; cette histoire est mortelle pour les amitiés qui se révèlent inconsistantes devant ce qui arrive à Danièle, ce qui pèse sur Rezvani et l'écrase

  • ce qui concerne la renaissance à travers l'ultime amour, la rencontre de Marie-Merveille, peinte, chantée, mise en mots ; femme d'exception proposant le mariage à Rezvani qui l'accepte et c'est elle qui va en finir avec les prédateurs, prenant en mains le sauvetage de ce qui peut encore l'être ; c'est très beau, le lien étant assuré entre les deux femmes par ce que Danièle avait souhaité pour Serge, une autre femme ; elle l'offrait en quelque sorte à la renaissance par l'amour et de l'amour ; l'enfermement dans le souvenir embelli ou beau n'était plus possible ; fallait seulement que vienne le beau jour, le hasard de la rencontre à moins que ce ne fut écrit ; il arriva plus vite qu'attendu ou non au grand dam de tout un entourage intéressé

  • des réflexions générales sur des sujets comme toujours d'envergure chez Rezvani, des ? sur le signe ∞, par exemple l'homme, femme inachevée, la femme avenir de l'homme, phrase dans le Platonov de Tchekhov, appropriée par Aragon, chantée par Ferrat ; ou par exemple sur ce qu'est peindre, sur peindre et écrire, sur le vide du virtuel internautique, sur les idéologies ; Rezvani est un homme de refus, un homme d'intermittences (il arrête la chanson pendant 20 ans, idem pour la peinture, veut brûler et Danièle sauve 16 Repentirs) et de reprises (il est revenu à la chanson, à la peinture et à l'écriture en même temps, signe de sa bonne santé) : il donne le meilleur de lui dans la beauté et la cruauté. Ah ! la gamine obèse, suceuse de pouce, la Luciefer et son Jojo la ferraille, les deux riches parisiennes, le psycho-rigide de l'édition, l'avocate salement intéressée … et la merveilleuse Marie-Merveille ; sur internet, les éditions Belles Lettres ont mis en partage 12 à 13 minutes avec Rezvani chantant ses deux dernières chansons et Marie-Merveille lisant les 1° pages de La Traversée des Monts noirs ; à apprécier sans modération

 

Les Belles Lettres ont réédité aussi le roman que Rezvani considère comme son plus grand roman : La Traversée des Monts Noirs. Il nous l'avait offert le 2 août 2001 lors d'une visite à La Béate. J'avais lu déjà pas mal d'oeuvres de Rezvani (Les années-lumière, Lea années-Lula, Le testament amoureux, L'anti-portrait ovale, Feu, des pièces) et écouté des chansons par lui-même ou Mona Heftre et puis je m'étais arrêté en chemin jusqu'à ce que je le redécouvre à travers la disparition récente de Pierre Chabert, metteur en scène qui m'avait mis en relation avec lui. Je viens d'écrire à Rezvani une longue lettre manuscrite adressée à la maison mythique. Espérons qu'elle arrivera à bon port, au sud du sud.

 

Jean-Claude Grosse, le 11 avril 2012

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article