Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Isola Piccola/Serge Rezvani

21 Avril 2012 , Rédigé par grossel Publié dans #notes de lecture

Isola Piccola/Serge Rezvani

chez Actes-Sud Papiers, 1994

 

Voilà une pièce qui m'a attiré par ce que dit le Collectionneur en 4° de couverture

« Mais savez-vous que c'est par une infinie répulsion que se tient en place l'univers ? En mathématique comme en chimie ou en physique l'élément d'affinité répulsive sert en quelque sorte de liant. Les affinités répulsives fondent la chimie, la biochimie, la physique nucléaire... et aussi le sexe ! L'univers ne tient ensemble que par le jeu des affinités répulsives. Nous-mêmes ne sommes que des charges électriques dont les phases ne cessent de s'inverser. Cette électricité déphasée, ces pertes et ces retours de tension font de l'univers une curiosité. Sans la folie des flux électriques répulsifs, l'univers ne serait pas cette curiosité qui maintient nos propres flux électriques en éveil. Nous crèverions d'ennui si nous n'étions non seulement plongés dans le chaos mais nous-mêmes chaos. Aucun de nous n'éprouve envers l'Autre ce qu'on nomme naïvement du sentiment... ou si vous préférez une affinité stable. », il dit cela à la Romancière, page 29.

L'histoire, compliquée : la Romancière de la génération perdue a été brisée en pleine gloire par le coup de revolver d'un garagiste admirateur ; paralysée, elle a pour soutien, le Poète. S'aiment-ils vraiment ? Le poison du doute travaille la Romancière paralysée, dépendante de cet homme beau comme un Ange et dont le Collectionneur est amoureux comme la Magicienne est amoureuse de la Romancière gainée comme une sirène. Le collectionneur se propose avec la magicienne de détruire cette relation, d'avoir pour lui, le poète, la magicienne voulant la romancière, d'où l'invitation sur la petite île du collectionneur où viennent d'arriver, invités, un peintre détraqué mais génial, fou quoi, arrivé de Hongrie avec une jeune femme qui s'occupe de lui comme le poète s'occupe par amour de la romancière. Le peintre est sujet à des crises et détruit au couteau une partie des œuvres rassemblées par le collectionneur qui trouve son compte dans ces actes : « Qu'il tue ! Qu'il égorge l'art ! Qu'il fasse saigner ! Saigne, Peintre, saigne-moi ça ! La science qui commande tes gestes fait que l'art se tient sur cette crête ardente du oui et du non, de la foi et de sa négation, de l'édification et de la sublime destruction. » page 34.

L'acmé se met en place avec la proposition de l'intermédiaire de vendre une esquisse du Sacrifice d'Isaac par Tintoretto. Le collectionneur va jusqu'à prendre la place d'Abraham dans l'oeuvre du peintre, couteau à la main, autre main sur la gorge d'un enfant albinos, acheté pour rien et jusqu'à demander à l'Ange de le retenir avec deux doigts sur son bras. Final à votre convenance.

 

10isaac.jpgLe Sacrifice d'Isaac par Tintoretto


C'est une pièce métaphysique par les perspectives ouvertes, sur le mal à l'oeuvre, le silence de Dieu … sur la création, l'art, la destruction, l'amour : « tu ne l'as jamais aimé. Tu t'es aimée à travers lui … Et lui s'est aimé en croyant que tu l'aimais pour lui quand tu l'aimais par ce que tu croyais être son amour de toi. » page 82.

Elle utilise des personnages peu approfondis psychologiquement de façon à ce que ce qui se dit et se passe ouvre sur des perspectives inhumaines si je puis dire. On ne s'étonnera pas de la présence d'une magicienne sans pouvoir autre que celui de manipulation. On ne s'étonnera pas de la mégalomanie et de la perversité du collectionneur, de la paranoïa du peintre, tout cela pour exacerber, porter aux extrêmes. On est chez des très riches mais cela importe peu parce que que ce qui est mis en avant, c'est le pouvoir permis avec l'argent, celui de tuer et non de sauver. Rien ne peut s'opposer aux desseins du collectionneur.

 

PS : hasard des lectures, je suis en train de terminer Déluge de Henri Bauchau, roman de Florian, un peintre détraqué qui peint le Déluge pour peut-être le brûler … (note pour bientôt)

 

Jean-Claude Grosse, le 20 avril 2012

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article