Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

Slam aux Lycées Rouvière, Jean Aicard et Parc Saint-Jean

6 Décembre 2006 , Rédigé par Jean-Claude Grosse Publié dans #poésie

Slams du Lycée Rouvière à Toulon
 
Certains slams écrits par les élèves du Lycée Rouvière le lundi 6 novembre dans le cadre de la semaine du slam avec SheinB et Les 4 Saisons du Revest nous ont été communiqués. Nous les mettons donc en ligne. Après un slam de SheinB et une définition du slam, les élèves ont écrit
2 textes,
le 1° sur les amorces suivantes: Je suis,    J'ai,    Je viens,    Je vais,    Je veux; 
le 2° sur les thèmes suivants: Liberté, Égalité, Fraternité;    Mon pays c'est;    Fier d'être;    Pourquoi ça brûle dans les tiersquart;    Je ne regrette pas.

Une scène slam a eu lieu le lundi 6/11 vers 18h à Rouvière qui a rassemblé une quinzaine de personnes. Le mercredi 8, ce fut à la Maison des Comoni: une quinzaine de personnes. Le jeudi 9/11, au lycée du Parc Saint-Jean: plus de 100 élèves et adultes. Les vidéos reprennent des extraits des 3 scènes.


Les quartiers brûlent car la politique fait des bulles
L’hypocrisie a envahi Sarko
De ce fait les bus brûlent
Les cités hurlent c’est un vrai fardeau
Pourquoi une telle injustice ?
Où est passée notre devise ?
Les flammes ont brisé le silence de l’injustice
Et de leurs actes les jeunes pâtissent.
MOUROU

Mon pays était celui de la liberté
Une liberté trop souvent bafouée
Bientôt interdit de fumer
Mais jusqu’où vont-ils aller ?

Peux-tu croire à l’égalité
Quand tu es noir et que tu es dénigré
Peut-on avoir l’espoir de tout changer
Quand on sait que le FN va peut-être passer

Comment faire pour tout changer
Des voitures brûlées
Des quartiers remontés et des mamies rackettées
Mais comment éviter cette fatalité ?
JULIEN

Je suis un jeune alcoolo
Je sais c’est vraiment trop tôt
Je viens d’être convié, à des beuveries insensées
Je vais encore être empégué
Je veux seulement tout oublier
JULIEN
Mon pays c’est mon quartier
Tous les jours des sans papiers se font brûler sur mon palier
Fier d’être français ça c’est pas vrai
Quand vous voyez tous ces immigrés qui se font insulter
Tout ça il faut le changer ou bientôt
C’est le drapeau français qu’on va calciner
Tout ça pour vous dire que d’être français n’est pas de toute paix.
ANTHONY

Pourquoi ça brûle dans les quartiers
Parce que les jeunes sont révoltés
Abusés, trop souvent trompés
Les quartiers ont des raisons de se manifester
Parce que mon pays c’est un manipulateur
Imposant la peur à ceux qui sont dans les quartiers
Ceux pour qui liberté, égalité, fraternité
N’est qu’un principe non respecté
Les quartiers sont considérés comme des lépreux
Alors qu’ils sont victimes d’injustice malgré eux
Je ne regrette pas mes paroles amères
Car si des yeux sont ouverts
Je serais fier d’être celui à qui on le doit
Si les quartiers ne brûlent plus grâce à ça
JULIEN

Fier de ne pas être un fils à papa
Elevé dans les cités
Bercé par le gangsta
Je ne regrette pas
D’avoir dealé pour un simple beretta
Je ne regrette pas
D’avoir passé toutes ces nuits dans un commissariat
Je ne regrette pas d’être un futur taulard
J’assume ce que je suis
Et c’est mon instinct que je suis
On me dit de penser à l’amour
Avec tous ces faux culs dans les alentours
Je serais mieux seul au milieu de mes tours
Comme je vous l’ai dit
Je vivais grâce au deal
Rejeté par la société
Je pense souvent à changer
Mais pour moi c’est une impossibilité
Pris pour cible par la justice
Mon identité n’est plus qu’une seule série de chiffres
Liberté, Egalité, Fraternité
Tellement d’air brassé
Pour peu de vérité
Comment faire changer ces mentalités
Qui nous parlent que pour nous condamner
Mesdames et messieurs, nous sommes dans le troisième millénaire
Alors pourquoi devons-nous nous mettre face contre terre
Mesdames et messieurs,
Je ne demande qu’une seule chose
C’est de cesser le feu.
ALEXANDRE

Je ne regrette pas la vie que j’ai
Je ne regrette pas d’être français
Car dans d’autres pays où naît la misère
Des jeunes de mon âge connaissent déjà l’enfer

Je ne regrette pas d’être amoureux
Car je sais ce que je veux
Ce que je regrette dans ma vie
C’est de ne pas savoir qui je suis

Je regrette toutes ces conneries
Qui n’ont fait que gâcher ma vie
Hier j’ai dû assumer
Et dans le malheur et le doute je sui tombé.
MAËL

Je suis un homme qui ne supporte pas d’écrire
J’ai pourtant écrit ce slam
Plus bidon que ça, ça n’existe pas
Et pourtant je ne regrette pas
De vous avoir fait partager ce texte
Voilà c’est fini, j’ai plus rien à dire
Alors j’peux enfin partir.
GUILLAUME

Je ne regrette pas de t’avoir embrassée
Car au premier regard mes yeux ont brillé
Quand j’ai compris que je t’aimais
J’ai appris que tu me quittais
Alors j’ai commencé à déprimer
Car je ne pourrais plus jamais être à tes côtés
Mais vivre je devais continuer
Pour essayer de t’oublier
Et tout recommencer
Quand les blessures seront refermées.
JÉRÔME

Mon pays c’est l’accueil et la tolérance
Mais c’est aussi la bêtise qui sent le rance.
Sarko a acquis un karscher mais à quoi y sert ?
C’est un blaireau de première qui pense qu’à sa tête.
Monsieur de Villepin sort la tête que pour acheter du vin
Mais il ne voit pas la misère sans pain.
Heureusement la royalité arrive sur le terrain et l’espoir revient
Elle est un peu centriste mais ça va pas être triste.
ANTOINE

Je suis Kévin, le roi du ring
J’ai une telle envie de rentrer dans l’arène
Je viens dans cette vie pour enlever toute la haine
Je vais rétablir la paix
Je veux que ce pays ne sente pas mauvais.

Mon pays c’est la France
Où nous sommes souvent solidaires
Pour négocier les affaires
Nous les gaulois,
Ne respectons pas les lois
Rien ne va plus
Mais nous n’avons pas tout vu
Je pense
Que nous avons de la chance
D’être dans un pays
Comme celui-ci
Nous vivons dans la souffrance
Nous sommes toujours sur la défense
C’est ainsi que nous vivons
C’est ainsi que nous vivrons
C’est comme ci ou comme ça en France
KÉVIN

Mon pays c’est de la merdre
Je regrette vraiment de la perdre
Pourquoi ça brûle dans les quartiers
Dans mon pays comme dans ma vie il y a du laisser aller
Le gouvernement perd la tête, dur d’être français
Le respect disparaît de façon insensée
Ça fait mal de voir les méfaits
Qui se passent dans les quartiers
De voir toutes ces voitures qui se font chambouler
Mais la vie c’est comme aujourd’hui
Dur d’être français.
GUILLAUME

Liberté, Egalité, Fraternité
Sont les trois mots clés qui me font marrer dans ce pays où je suis né
Mon pays est la France et ma couleur beur vient de mon origine maghrébine
Cette origine qui est pointée du doigt
Dans cette société qui pourrit au fur et à mesure que les jours passent
Fier d’être né dans ce tierquart du 83,
A Sainte Musse, chaleureux, où il fait bon vivre,
Et oui, dans les quartiers, ça fait pas que brûler
Brûler par ces jeunes pour lâcher la haine qui est au fond de leur cœur
Ces jeunes qui font des sacs à l’arrache pour se faire des sous
Eux qui préfèrent tenir les murs des halls
que d’aller travailler ou à l’école
Volent grosse moto, voiture, cross pour se la raconter
Ou tout simplement s’amuser
Se battent pour défendre un de leur quartier ou leur fierté
T’étonne pas si tu les vois courir à la vue des flics
Ou détaler de peur de se faire tirer par flashball
Ou aveugler par lacrymogène ou se faire frapper en se faisant attraper.
AÏMEN

Tu te souviens de cette soirée,
On était calés dans ton hall en train de papoter
Toi et moi on se regardait les yeux dans les yeux
Et tu m’as dit viens, on va chez moi regarder la télé.
On est montés, on s’est calés dans ton canapé
Et on a maté quelques séries télés
Et puis tu m’as embrassé
Tendrement
Puis tu m’as caressée
Soudainement, le temps s’est arrêté
Quelques instants se sont écoulés
Et t’as commencé à me forcer
Tu te souviens de cette soirée
Si particulière à mes yeux
Ce soir d’hiver tu m’as violée
Tous mes espoirs se sont envolés en fumée
Et mes cauchemars ont commencé à arriver
A cause de toi on m’a surnommée
La jeune fille violée.
Quand j’allume la télé, c’est l’actualité
J’ai envie de zapper mais je reste bloquée
Sur les enfants violés, tués
C’est quoi ce monde de merde dans lequel on vit,
Où on prend des enfants pour des objets
Qu’on casse, qu’on déplace, qu’on brise.
Dire que l’euthanasie, c’est que pour les chiens,
Mais nous, les humains,
On fait qu’aboyer,
Nous on tue, on viole, on se drogue.
J’aimerais savoir où sont le président et le ministre
Quand je vois les parents qui sont tristes
D’entendre dire j’ai perdu un copain.
Et j’aimerais savoir pourquoi on libère un meurtrier sous prétexte qu’il est fou
En bref, l’actualité ça ne fait pas que t’informer, ça te fait déprimer.

Je ne regrette pas ma vie,
Je ne regrette pas mes erreurs
Je ne regrette pas ce monde dans lequel je vis
Mais seulement mon quartier qui brûle chaque année
Pourquoi tant de haine et de fumée dans ces quartiers
Peut-être, parce que tout simplement, les droits de l’homme :
Egalité, liberté, fraternité ne sont pas respectés
Ou peut-être parce que notre gouvernement nous a délaissés
Tout simplement
RUTTEN

Je suis fier d’être ce que je suis
Un jeune sympa et bien compris
De mes amis, de ma batterie
C’est de ces passions que je vis
On me demande souvent pourquoi je suis comme ça
Un fan de métal et de David Silvéria
Tous les jours j’ai le moral car je me défoule sur ma TAMA
Je ne regrette pas d’être comme ça car c’est ma vie qui me va
THOMAS

Je suis en génie mécanique
J’ai en moi un sentiment mélancolique
Je viens de Rouvière
Je vais en cours pour faire plaisir à mon père
Je veux devenir vendeur de glacières


Liberté, égalité, fraternité,
Des paroles qui ne sont pas toujours respectées
Et après on se demande pourquoi ça brûle dans les quartiers
Je voyais ce rançonné qui pleurait car on lui avait brûlé sa petite Audrey
Audrey c’est sa 306 car il en a une qu’il a troquée contre du cannabis
Je le sais car, rançonné, je lis dans ses pensées
GEED

Liberté, égalité, fraternité
Depuis quand cette devise est respectée ?
Ça, personne ne le sait
C’est pour cela que ça brûle dans nos quartiers
Des petits cons ont mis le feu à un car
Mais personnellement j’en ai marre
De vois des gens bizarres
Et là, je vous parle de ce pays
Qui est la France
Et des gens vivant dans la souffrance
Liberté, égalité, fraternité
Quand cette devise sera-t-elle respectée ?
ALEXIA
4 slams du Lycée Jean Aicard à Hyères

Mon pays c'est la France
Les gens ici restent dans le silence
Soit disant le pays de la tolérance
Moi je vois que des guerres
Que ce soit des quartiers ou entre nos pères
Mais l'hexagone a mélangé les cultures
Oh moins ils on compris la connerie de la race pure
Seulement il n'y a pas tout le peuple qui a compri
Il y a encore qui ne crie que par l'abîme
Liberté, égalité, fraternité
Ca serait synonyme de paix
Moi je crois surtout que c'est bien laid
Faire passés ce qui n'est pas
On est surtout bien baisés par l'état

Brice

Je suis une fille qui devient femme
J'ai appris à vivre, à comprendre le slam
Je viens de loin mais je suis près de vos coeurs
Je vais là où ne reigne plus la peur
Je veux seulement un monde meilleur.

Je ne suis pas fière d'être sur terre
Quand on voit c'que l'on fait de la mer
La polution, le pétrôle envahissent les eaux
Et oui messieurs, il fallait y penser plus tôt.

Je ne suis pas fière d'être sur terre
Quand on voit c'que l'on fait de l'air
Les enfants attrapent des maladies de poumons
Et oui messieurs, faut pas nous prendre pour des cons.

Je ne suis pas fière d'être sur terre
Quand on sait qu'on peut éviter cette guerre
Si on s'y met tous main dans la main
Et oui messieurs, nous changerons la vie de demain.

Marie
Je ne regrette pas
Vivre cette vie là
Pourri par une ordure
Qui m'a fait subir la torture
Enfermé derrière ces barreaux
Il ne recommencera plus ce Salaud
Connaitre la maltraitance
Ma permis de prendre conscience
De ne plus vivre dans le silence

Vanessa


Mon pays, c’est le japon
La ou se trouve les traditions
Avec un « J » pour japonais
Avec un « A » pour animés
Avec un « P » pour population
Avec un « O » pour otaku
Avec un « N » pour nouveautés

Mon pays, c’est le japon
Pays de la délectation
Pays rêvé
Seulement faut bosser pour y aller




Slam au Lycée du Parc Saint-Jean à Toulon

Mon pays, c’est la France
Qui a beaucoup d’élégance.
Avec ses milliers d’habitants
Elle pourrait gouverner
La mer qui vagabonde le littoral
Pour ainsi vaincre son rival.
Ici nous sommes en démocratie.
Le Droit et la Liberté se sont unis
Livrés aux concitoyens
Afin de les perfectionner avec nos meilleurs moyens.
Aurélie

Mon slam
Fière d’être espagnole
Même si certaines personnes pensent qu’on vole
En tout cas pour moi ce n’est pas le cas
Même si cela arrive quelquefois
J’ai envie de m’en sortir, construire mon avenir
Sortir de cette cité qui ne fait que m’empirer
Il y a des fois, je me dis : « Mais qu’est-ce que je fais ici ? »
Heureusement ma famille et mes amis me soutiennent
Dans ma vie, j’ai eu des hauts et des bas
Mais je décide de ne pas baisser les bras.
A. C.

Moi je slame toute mon âme
Moi j’écris toute ma vie
Moi j’exprime ma déprime
Moi je vis ainsi
By Marlène

Je suis une fille, une jeune femme
J’ai quinze ans
J’me jette sur le papier sans
Savoir où je vais
Un peu bavarde mais j’arrive
A me faire supporter
Je viens du coucher du soleil
Sans y être née, mais je suis
Des quartiers
Je vais où Dieu me mène
Seul lui me protège.
A. B.

Je suis une femme de Toulon
Je traîne dans le quartier du Mourillon
Avec tous mes « potos » et mon Tonton
Je vais regarder les étoiles sur le Mont Faron
Mais quand j’y vais, c’est avec ma boîte de bonbons.

Mon slam
Je l’ai aimé,
Il m’a aimée,
On s’est quitté,
J’en ai pleuré,
On a repris,
J’ai pas compris,
On s’est quitté,
J’ai préféré !

Je suis Marlène et j’ai la haine
J’ai des blèmes mais où ça me mène ?
Je vais bouger, j’en ai assez
Je veux sourire, pas mourir
Je veux rêver, pas pleurer.
By Marlène

Je ne regrette pas de t’avoir aimé
Malgré le mal que tu m’as causé
Quand tu m’as trompée.
Je me suis mise à pleurer.
Maintenant je t’ai quitté
Toi tu t’es planté
Aujourd’hui je t’ai oublié
Ma page est tournée
Ne reviens plus jamais.
M.

L’amour d’une sœur
Je suis fière d’avoir eu des barrières par ma mère
D’être une fille avec de la cervelle et des repères
Alors je voudrais dire merci
Merci à qui à toi maman
Papa toi tu m’as abandonnée
Jamais je ne pourrai te pardonner
Mais je reviendrai
Car tu as créé ma seconde vie
Laurie
Emilie

Je ne regrette pas ce lundi
Où tu m’as souri
C’est à ce moment-là que je te rencontre
Toi ma meilleure amie
Toi qui le seras pour la vie
On est passées par le pire
On s’est fait souffrir
Maintenant tout ça c’est fini
On est reparties sur de nouvelles bases
J’avais fait déborder la goutte du vase
Je l’ai cassé
Tu l’as réparé
On l’a reconstruit en entier
Aujourd’hui tu vois noir
A cause de ce faux espoir
Mais tu sais ce mec
Il restera bête
Tu sais on dit « Un de perdu, dix de retrouvés »
T’inquiète elle l’a testé
Ce mec qui l’a fait souffrir
A détruit son empire
Elle a failli faire le pire
Mais nous l’avons aidée à tout reconstruire
Regarde-la aujourd’hui
Elle s’est épanouie avec celui
Qu’on considère comme notre meilleur ami.


Française mais fière d’être sénégalaise, je ne regrette pas mes origines, ce sont mes racines, celles qui m’analysent, qui me permettent de garder les pieds sur terre. De ne pas oublier d’où je viens, mon pays si lointain. Là-bas, le respect est une valeur, qui n’appartient pas à tout le monde car ici, les quartiers brûlent. Des gens révoltés, pas écoutés, peut-être oubliés. Mais je ne regrette pas la France qui est mon pays d’accueil et là-bas ma terre d’origine.
A. N.

Fière d’être ce que je suis
Habiter dans mon pays
Où j’ai grandi
Je finirai ma vie
Je regrette tout
Mais pas d’avoir vécu ainsi
Car ma vie avec lui m’a épanouie
Et grâce à lui j’irai au paradis.

La Martinique
Martiniquaise mais quel bonheur !
Pas d’origine mais de cœur
C’est un merveilleux pays
Tel un paradis
Et ça c’est moi qui vous le dit
Moi ici, mon pays là-bas,
Je le serre dans mes bras
J’y retournerai,
Pour encore et toujours rêver
Depuis ce voyage,
Je suis comme sur un nuage,
Mais est-ce un mirage ?
S. M.

Mon slam :
Le sang chaudde mon père portugais coule dans mes veines.
Mon pays est un rêve réel qui m’ensorcelle.
Mon amour s’y cache dans les plus belles merveilles.
Mon cœur s’éveille lorsque je vais au bled
Mais la panique montre ma faiblesse.
La musique portugaise me révèle tous les secrets de sa richesse.
S. M.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

AMRIM 27/06/2007 21:00

JHABITE A HYERES ET JAIT ECRIT UN 40 SLAM ET JAIMERAIT LES FAIRE PARTAGER AVEC DES ELEVES DE HYERES YA TIL UNE POSIBILITER QUE QUELQUN ME GUIDE BISOUS AU SITE TRES BELLE ESPRIT MOES BLOG HTTP///AMRIM.SKYBLOG.COM OU HTTP///RIMAM.SKYBLOG.COM

Jean-Claude Grosse 28/06/2007 10:56

Toutes les vidéos de slam, en particulier ce qui s'est passé à Cisson sont soit sur les blogs Cahiers de l'Égaré ou 4 Saisons du Revest soit sur l'espace grossel de dailymotion.Les interventions slam sont faites par et avec SheinB slameuse parisienne qui a publié Larmes200 avec un CD de 10 titres. Il n'y a pas d'association de slam à ma connaissance sur l'aire toulonnaise. À Hyères, c'est grâce à des profs que nous avons pu initier des lycéens au slam que certains pratiquent.À l'automne, au mois de novembre, il y aura des lectures à la Tour des Templiers à Hyères, dans le cadre d'une exposition. Pourquoi ne pas imaginer une soirée slam inspirée par l'expo?