Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Cahiers de l'Égaré

La part du colibri de Pierre Rabhi

20 Février 2008 , Rédigé par Jean-Claude Grosse Publié dans #notes de lecture

La part du colibri de Pierre Rabhi
La part du colibri
L’espèce humaine face à son devenir
de Pierre Rabhi
Collection poche essai L’aube

Voilà un tout petit livre d’une quarantaine de pages, paru en 2006, réimprimé en 2007, qui nous met bien en face de nos responsabilités collectives et individuelles par rapport au devenir de l’espèce. Si nous disparaissions, la Terre, elle, ne disparaîtrait pas. Il faut bien avoir présent cela à l’esprit. Se soucier de la planète, c’est d’abord se soucier de nous comme espèce pouvant continuer à vivre sur la planète. Si nous sommes assez stupides pour ne pas changer de paradigme, de comportements, sans doute irons-nous dans le mur ? La Terre se remettra de notre passage sur terre comme elle l’a déjà fait dans son histoire. Disons que c’est une autre histoire que la nôtre qui s’écrira s’il y a de nouveaux êtres pensants et écrivant.
Ce qui m’a le plus intéressé dans ce petit livre, c’est ce qui lui donne son titre : La part du colibri. Nous sommes chacun d’entre nous, un colibri, insignifiant par rapport au temps et à l’espace infinis. Mais cela n’enlève rien à notre responsabilité ; Nous avons à jeter sur l’incendie, les quelques gouttes d’eau que nous récupérons pour le combattre. L’incendie est tel, que les quelques gouttes d’eau ne suffiront pas à l’éteindre. La légende amérindienne qui raconte cette histoire montre bien que chacun doit prendre sa part, avec ses moyens, dans cette lutte contre le risque que nous encourons à persister dans un système de croissance, de surconsommation. Non, nous ne sommes pas impuissants, nous n’avons pas à nous dédouaner devant l’immensité, l’impossibilité de la tâche ; nous avons à faire notre part, celle du colibri.
Pour en savoir plus, on consultera le site

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article